La symbolique du lieu ! Quelque 34.000 m2 , en plein coeur de Paris, dédiés à l'écosystème des start-up. C'est l'homme d'affaires français Xavier Niel qui a créé ce gigantesque paquebot tourné vers l'innovation, inauguré en juin dernier. Et c'est donc là qu'ont été reçus, le temps d'une soirée, ceux qui sont aujourd'hui considérés comme la crème de la crème des innovateurs européens.
...

La symbolique du lieu ! Quelque 34.000 m2 , en plein coeur de Paris, dédiés à l'écosystème des start-up. C'est l'homme d'affaires français Xavier Niel qui a créé ce gigantesque paquebot tourné vers l'innovation, inauguré en juin dernier. Et c'est donc là qu'ont été reçus, le temps d'une soirée, ceux qui sont aujourd'hui considérés comme la crème de la crème des innovateurs européens. " Ce sont des personnes incroyables, confirme Pedro Moneo, le fondateur d'Opinno et éditeur de la MIT Technology Review. Il y a beaucoup de compétitions liées à l'innovation. Mais ici, nous sommes sur des profils très particuliers issus de projets très compliqués. Notre volonté est de faire le pont entre la recherche fondamentale et le monde entrepreneurial. Les innovateurs présents dans notre compétition sont des représentants de ce lien essentiel entre la recherche scientifique et le monde de l'entreprise. Il y a deux domaines à mon sens qui sont en train d'émerger et qui vont avoir un impact considérable sur notre quotidien : l'intelligence artificielle et la génétique. Nous sommes d'ailleurs très heureux d'avoir récompensé le Belge Victor Dillard, digne représentant de ce qui va se passer dans le futur. " En fonction de leur profil, les 35 lauréats, venus des quatre coins d'Europe, étaient divisés cette année en cinq catégories : les Inventeurs, les Entrepreneurs, les Visionnaires, les Pionniers et les Humanitaires. Le point commun de cette jeune génération : une immense passion pour la découverte d'innovations qui vont améliorer la vie sur Terre. De jeunes utopistes, mais qui ont tous déjà passé la phase d'accouchement et qui sont venus présenter l'état d'avancement de leur idée, perçue par tous comme leur véritable bébé. " L'innovation est encore trop souvent réduite à ce qui se passe du côté de la Silicon Valley, poursuit Pedro Moneo. Nous voulons montrer que l'Europe a une tradition d'une qualité incroyable en ce qui concerne la recherche fondamentale. Ce qui manque aujourd'hui à ces innovateurs européens, c'est un réseau. Le partage des connaissances est un enjeu essentiel. Les travaux qu'ils mènent sont parfois tellement compliqués qu'ils ne peuvent pas s'appuyer sur un réseau visible de références. C'est un des objectifs principaux de ce grand rendez-vous de l'innovation que nous organisons. " Dans la catégorie des " Inventeurs ", c'est la Lituanie qui a été récompensée. Le projet de recherche a pour nom Mimica. Il s'agit d'une étiquette bio-réactive qui réagit au contact des aliments et indique leur état de conservation. L'Espagne était doublement représentée dans cette catégorie avec MedisSen, un projet de pancréas artificiel destiné aux patients diabétiques afin d'améliorer leur traitement et leur qualité de vie, et Fisabio, dont l'objectif est d'agir sur les effets secondaires suite à une mauvaise application de la péridurale. Dans cette catégorie, citons en vrac : cette idée venue d'Angleterre d'un filet de pêche lumineux pour attirer l'espèce de poissons recherchée, un robot polonais pour l'apprentissage des langues chez les enfants ou encore cette idée allemande de valves cardiaques artificielles qui grandissent et s'adaptent à la croissance de l'enfant. Ces exemples viennent confirmer la diversité des thématiques représentées. Dans la catégorie des " Entrepreneurs ", c'est donc le Belge Victor Dillard qui a été couronné avec son projet Desktop Genetics (lire l' encadré ci-dessus). " C'est grisant de se retrouver dans ce réseau de personnes qui partagent les mêmes ambitions et la même vision que vous. Nous sommes tous là pour réussir quelque chose endéans le court laps de temps de vie que nous avons ici sur Terre. Ce qui me plaît beaucoup, c'est toute cette énergie déployée par tous ces innovateurs qui partagent leurs travaux. " Une sorte de marmite créative, innovante et disruptive ! A côté du Belge, sept autres candidats se disputaient le titre de l'Entrepreneur de l'année. Dont, notamment, ce projet grec Advantis Medical Imaging qui permet de transformer des tests d'IRM du cerveau en reconstruction 3D et d'aider les médecins à diagnostiquer et à traiter des maladies chroniques sévères. Dans cette catégorie, notons également le projet français Rythm, consacré à l'amélioration de la qualité du sommeil grâce à des stimulations auditives envoyées au cerveau. L'Allemagne était également représentée côté entrepreneurs avec Lilium, portant sur la construction de petits avions 100 % électriques, pouvant transporter des passagers à une vitesse cinq fois supérieure à la voiture avec décollage et atterrissage à la verticale. La troisième catégorie, celle des " Visionnaires ", regroupait les innovateurs qui réinventent les technologies existantes pour résoudre les problématiques de notre société. C'est le projet H2GO Power (Royaume-Uni) qui s'est distingué dans cette catégorie. Il s'agit d'un dispositif qui permet de stocker de l'hydrogène et de l'utiliser pour produire de l'électricité en fonction de la demande. Vincent Spruyt représentait la Belgique visionnaire avec Sentiance (lire l'encadré). " Il y a une citation qui m'inspire particulièrement quand on parle d'innovation, dit-il. Elle est à mettre à l'actif du professeur américain Oren Harari : 'L'ampoule électrique n'est pas née de l'amélioration progressive des bougies'. "Autre projet innovant : Precious Plastics, une machine néerlandaise dont l'objectif est de transformer les plastiques en objets utiles dans toutes les maisons. C'est dans la catégorie des " Pionniers " que Julien de Wit, le chercheur reconnu de l'Université de Liège, s'est distingué avec sa découverte de nouvelles exoplanètes (lire l'encadré " Les exoplanètes de Julien de Wit " ). Il est le deuxième Belge à recevoir une mention sur les cinq distribuées : " C'est important d'être présent à ce genre de rendez-vous pour la visibilité de nos travaux, dit-il. C'est très impactant de partager toutes ces idées. Il n'y a pas de freins pour nous à partager nos différentes visions. Nous sommes ici vraiment dans un rapport gagnant-gagnant. Je suis frappé par le nombre de projets dont l'objectif est d'améliorer notre monde ". Autres projets pionniers présentés : l'espagnol IMDEA Materials, avec sa fabrication de LED écologiques bioluminescentes destinées à remplacer les systèmes d'éclairage actuels ; et surtout cet autre projet belge de recherche dans le traitement du cancer, mené par Damya Laoui (lire l'encadré " Damya Laoui contre les métastases " ). " C'est en effet très important pour notre visibilité et le financement de nos recherches. Cela peut attirer de futurs mécènes et autres investisseurs ", confie la chercheuse. La pauvreté, la guerre ou le handicap sont d'autres thèmes investis par cette jeune génération d'innovateurs. C'est le projet français AVA, une application pour malentendants, qui a remporté le titre d'Humanitaire de l'année. Parmi les autres projets, citons l'autrichien Blitab, une tablette pour personnes aveugles et malvoyantes qui traduit directement des documents en braille. Blastproof (Royaume-Uni) est une série d'outils qui permettent de limiter les accidents qui peuvent survenir lors de l'extraction de mines par des équipes spécialisées. Le projet Human Instruments (Royaume-Uni) a développé les premiers instruments de musique mains libres spécialement conçus pour les personnes ayant un handicap physique. Fabrice Lambert