Vous ne les connaissez sans doute pas: tous deux appartiennent à la scène anversoise contemporaine, celle où se rencontrent jazz, pop, rock, improvisation, audace et décibels. Un duo formé par le chanteur américain Matt Watts, qui a grandi dans les splendeurs reculées...

Vous ne les connaissez sans doute pas: tous deux appartiennent à la scène anversoise contemporaine, celle où se rencontrent jazz, pop, rock, improvisation, audace et décibels. Un duo formé par le chanteur américain Matt Watts, qui a grandi dans les splendeurs reculées du Montana, et puis le local de la métropole en bord d'Escaut, Nicolas Rombouts, entre autres contrebassiste et producteur. Ce dernier perd brutalement un ami, il y a un an: suicide. Que faire pour atténuer le choc? De la musique! Les deux compères bouclent en quelques jours Muted Songs For Piano (Starman Records) , une intense demi-heure de chansons et d'instrumentaux qui semblent nous mener au bout du rêve. Histoire de gommer les affres du cauchemar. Une trentaine de minutes qui ont la qualité des oeuvres de Paul Simon, Brian Eno ou encore Mercury Rev, version actuelle. Inspiration d'un éclair de chagrin qui devient moment d'exception où la barrière sentimentale est largement franchie. Sans pathos, dans une forme achevée de dépouillement, de dénudement même, mais avec des mélodies splendides comme celle de I Don't Believe In Love, lumineux et enveloppant. Cet univers sonore, Matt et Nicolas viennent le présenter à Het Huys, centre culturel flamand installé dans le quartier de Calevoet à Uccle. Sacrée soirée en perspective.