Si la start-up bruxelloise de logements collaboratifs Cohabs, active à Bruxelles et bientôt New York, ne subit pas franchement la crise (ses logements restent occupés à plus de 99%), elle anticipe de gros changements.
...

Si la start-up bruxelloise de logements collaboratifs Cohabs, active à Bruxelles et bientôt New York, ne subit pas franchement la crise (ses logements restent occupés à plus de 99%), elle anticipe de gros changements. Youri Dauber, son fondateur, a établi une série de scénarios différents pour la sortie de crise et l'imapct du Covid-19 sur son business. " Face à la crise qui va s'amplifier dans les mois à venir, explique-t-il, nous avons rapidement décidé d'augmenter le nombre de chambres pour les personnes à plus faibles revenus. De plus, comme notre concept touche à 65% la cible des expats, nous pensons nous adapter pour cibler un peu mieux les populations locales, lesquelles pourraient bien se tourner, pour des raisons budgétaires, vers le logement collaboratif. " Et comme la start-up s'attend aussi à une explosion prolongée du télétravail dans les années à venir, elle compte s'y adapter. Cohabs, qui achète régulièrement des nouveaux immeubles (elle détient 33 bâtiments pour un total de 535 chambres) qu'elle réaménage totalement pour en faire des chambres adaptées au co-living, a prévu d'adapter ses prochains plans de bâtiments pour prévoir plus d'espaces de coworking et des zones dédiées au fitness. Par ailleurs, dans le cadre de ce positionnement qu'elle considère plus en phase avec la situation compliquée des mois et années à venir, Cohabs s'est portée acquéreuse d'un bâtiment désaffecté de 4.000 m2 au centre de Bruxelles dans lequel elle prévoit de réserver 30% de chambres à bas prix (400 euros par mois).