Le printemps est chargé au Cirque Royal qui, depuis sa réouverture en septembre dernier, a modernisé ses équipements mais aussi son apparence, notamment par un éclairage plus moderne en salle. Avec 90 spectacles et 140.000...

Le printemps est chargé au Cirque Royal qui, depuis sa réouverture en septembre dernier, a modernisé ses équipements mais aussi son apparence, notamment par un éclairage plus moderne en salle. Avec 90 spectacles et 140.000 spectateurs prévus en 2019, la Ville de Bruxelles - gérante du lieu - assure plutôt bien sa reprise, succédant aux " années Botanique ". Avec un petit bémol : le bar est trop cher. Ce jeudi 21 mars, c'est Charlie Winston qui amène son pop-folk hobo, une semaine avant qu'un autre vagabond fameux, le septuagénaire Robert Charlebois, ne propose ses rengaines de bohème nord-américaine. Mais si on doit parier sur un seul concert de printemps, ce sera celui de Rufus Wainwright, le 1er avril. Cet Américano-Canadien, rejeton de deux fameux parents artistes (Loudon Wainwright III et Kate McGarrigle) est l'un des meilleurs chanteurs-compositeurs contemporains. Un rien Prima donna (titre de son album de 2015), ce quadra à la recherche de glamour autant que de mélancolie est aussi l'un des rares interprètes contemporains capables de pop, de rock et d'opéra.