Le château de Seneffe et son parc, qui abritent le Musée de l'orfèvrerie de la Fédération Wallonie-Bruxelles, forment un vaste écrin propice aux expos de plein air. Les ciels belges, changeants et imprévisibles, donnent souvent ...

Le château de Seneffe et son parc, qui abritent le Musée de l'orfèvrerie de la Fédération Wallonie-Bruxelles, forment un vaste écrin propice aux expos de plein air. Les ciels belges, changeants et imprévisibles, donnent souvent des versions différentes de la même proposition artistique. C'est le cas de façon très visible sur le Parcours d'eau qui s'y installe jusqu'en novembre. Huit artistes belges conjuguent à leur manière l'environnement du bâtiment néoclassique du 18e siècle. Entre le plus jeune, Florian Kiniques (1988) et l'aîné Leo Coppers (1947), une même façon de détourner les conventions au profit du spectateur, courtisé par l'oeuvre comme par son contexte. Ainsi, on va franchir le pont fantasque de Jacques Patris, s'interroger sur l'invention de Philippe Luyten comme sur la curieuse sensation physique imaginée par Kris Fierens. La pièce la plus magnétique, celle qui semble avoir toujours été présente dans le parc du domaine, étant constituée des motifs d'Isabelle Copet (photo), directement inspirés du château. Parcours d'eau, domaine du château de Seneffe jusqu'au 12 novembre, entrée libre, www.chateaudeseneffe.be