Le campus d'éducation au numérique, BeCentral, vient de fêter ses deux ans en annonçant une levée de fonds de 1,8 million d'euros, notamment auprès d'actionnaires actuels, de Finance&invest.brussels, de la SFPI et de la famille Colruyt via OYA CVBA. Bien sûr, BeCentral n'est pas une start-up comme une autre : son objectif n'est pas de maximiser le profit ou d'espérer une revente. Jusqu'ici, ce...

Le campus d'éducation au numérique, BeCentral, vient de fêter ses deux ans en annonçant une levée de fonds de 1,8 million d'euros, notamment auprès d'actionnaires actuels, de Finance&invest.brussels, de la SFPI et de la famille Colruyt via OYA CVBA. Bien sûr, BeCentral n'est pas une start-up comme une autre : son objectif n'est pas de maximiser le profit ou d'espérer une revente. Jusqu'ici, ce projet fondé par 28 personnalités belges de la tech en 2017 avait adopté la forme d'une société anonyme à finalité sociale, une forme juridique qui a disparu du code des sociétés. Dès lors, BeCentral est devenue une SA, que ses fondateurs vont doubler d'une fondation vers laquelle l'ensemble des plus-values seront transférées. Celles-ci devront servir à des fins sociétales. On le sait : BeCentral s'est donné pour objectif d'avoir un " impact sociétal " dans l'univers du digital, via des formations principalement. " Nous ne sommes pas une ASBL subsidiée, précise Laurent Hublet, le directeur du campus. Mais nos KPI ( key performance indicators, Ndlr) ne sont pas financiers pour autant : on évalue surtout l'impact via le nombre de personnes formées ou reformées. " Mais alors, à quoi correspond la notion d'investisseur dans BeCentral ? " Il s'agit d'un investissement à finalité sociétale, et pas d'une donation, répond le boss de BeCentral. L'objectif est de maximiser l'impact sociétal sans détruire de valeur économique. A un moment donné, on envisage la possibilité de retourner les fonds investis par les actionnaires. On peut voir l'investissement comme un prêt très risqué avec les caractéristiques de l' equity. " Concrètement, la levée de fonds finance les frais d'aménagement des locaux loués à la SNCB pour une période de 10 ans. La location des espaces aux résidents et l'organisation d'événements doivent financer les opérations. Cela devrait permettre de reconstituer le capital. En 2019, BeCentral prévoit de réaliser un chiffre d'affaires d'un million d'euros.