Ludique et performant

Fan des Lego, l'entrepreneur en bâtiment Gabriel Lakatos rêvait depuis longtemps de créer des modules grandeur nature. " Il y a bientôt deux ans, j'ai acheté des panneaux en bois et j'ai fabriqué quelques caissons, dans lesquels j'ai ajouté de la frigolite blanche ", raconte-t-il. Convaincu par son projet, il fait fabriquer 300 autres blocs, qu'il empile pour bâtir, en un après-midi, un atelier de 40 m2 dans son jardin. " L'idée, c'était de donner l'occasion aux gens de construire le gros-oeuvre de leur maison eux-mêmes de manière ludique, simple et super-performante. " En mars 2019, Gabriel Lakatos s'associe à Simon Schloesser pour créer Gablok.
...

Fan des Lego, l'entrepreneur en bâtiment Gabriel Lakatos rêvait depuis longtemps de créer des modules grandeur nature. " Il y a bientôt deux ans, j'ai acheté des panneaux en bois et j'ai fabriqué quelques caissons, dans lesquels j'ai ajouté de la frigolite blanche ", raconte-t-il. Convaincu par son projet, il fait fabriquer 300 autres blocs, qu'il empile pour bâtir, en un après-midi, un atelier de 40 m2 dans son jardin. " L'idée, c'était de donner l'occasion aux gens de construire le gros-oeuvre de leur maison eux-mêmes de manière ludique, simple et super-performante. " En mars 2019, Gabriel Lakatos s'associe à Simon Schloesser pour créer Gablok. Les Gablok sont constitués d'un caisson d'OSB (mélange de résine naturelle et de lamelles de bois de 18 mm) et d'EPS, un isolant en polystyrène qui coulisse pour créer un tenon. " L'OSB est un excellent panneau de contreventement, solide, stable dimensionnellement et étanche et l'ETF est un polystyrène graphité qui a largement fait ses preuves dans l'isolation de façade ", explique Gabriel Lakatos. Ces blocs possèdent une résistance à la com-pression de 150 kN/m, soit l'équi-valent de 15 tonnes par mètre de mur, et les éléments de plancher permettent une charge de 250 kg/m2. Gablok recevra son brevet belge au mois de mars 2020.L'auto-constructeur s'occupe pratiquement de tout. Il propose ses plans à Gablok qui y apporte sa touche, puis livre le matériel. " Le client assemble lui-même les blocs - de 30, 60 et 90 cm sur 30, d'un poids maximal de neuf kilos, et les liaisonne avec des chevrons, détaille Simon Schloesser. Il n'y a ni colle ni mortier, donc tout peut être remonté en cas d'erreur et nous proposons une assistance technique individuelle. " Les mesures sont connues à l'avance, il est donc possible de commander ses menuiseries extérieures avant le début du chantier. " Une maison de 200 m2 peut être réalisée en sept jours par deux hommes motivés, une bonne visseuse et deux escabelles. " Une moyenne de trois mois et demi suffit pour clôturer la maison. Tant le système constructif que la solidité et la stabilité des blocs ont été validés par le bureau d'ingénieurs Ney & Partners. " On n'a pas réinventé l'ossature en bois mais la manière de la construire ", ajoute Simon Schloesser. A ce jour, le marché regorge de systèmes constructifs alternatifs : certains commercialisent des pans de murs pré-industrialisés à isoler par l'auto-constructeur, d'autres vendent des blocs de frigolite remplis de béton à empiler. " Nous sommes les seuls à com- biner le système avec le matériau, tempère toutefois le commercial de Gablok. On se démarque des constructeurs de maisons en dur avec nos maisons en bois et de tous les autres constructeurs en bois avec notre système. " Gablok a opté pour le circuit court de fabrication. Les isolants sont réalisés chez X-Pack, la plus ancienne société belge à manufacturer des pièces moulées en polystyrène expansé. Recyclable à 100%, l'EPS est ensuite expédié à l'atelier Les Gaillettes, une entreprise de travail adapté (ETA) de Battice spécialisée dans la production de palettes, qui s'occupe de le placer dans ses caissons. " Les Gaillettes est subsidié et revient donc moins cher qu'un menuisier alors que le travail est de même qualité ", se réjouit Gabriel Lakatos. Les blocs d'auto-construction sont par ailleurs livrés au client sur des palettes cautionnées. Une maison Gablok de 200 m2 représente un budget d'environ 46.000 euros HTVA, soit un prix au mètre carré situé entre 200 et 250 euros HTVA. " On a calculé notre prix de revient sur la base de 50 maisons vendues par an et on a établi notre prix de vente à partir de là ", précise Simon Schloesser. Mi-novembre, Gablok avait signé la vente ferme de cinq maisons de plus de 200 m2 et six annexes entre 25 et 40 m2. L'entreprise visait les 10 bâtisses pour la fin 2019. Objectif atteint. " On vient de finaliser l'étude pour les maisons mitoyennes et on va se pencher sur celles des R+2, voire R+3 ", avance Gabriel Lakatos. " On aimerait également se développer dans les pays limitrophes où la demande est forte. "