Bayer poursuit ses cessions d'actifs qui ne rentrent pas de sa stratégie de recentrage sur la pharmacie et l'agrochimie. Des cessions de plus en plus u...

Bayer poursuit ses cessions d'actifs qui ne rentrent pas de sa stratégie de recentrage sur la pharmacie et l'agrochimie. Des cessions de plus en plus urgentes vu l'épée de Damoclès judiciaire induite par Monsanto et l'énorme dette du groupe (35,7 milliards d'euros). La semaine dernière, Bayer a annoncé la vente de sa division animale à Elanco Animal Health pour 6,9 milliards d'euros. L'opération se fera en partie en cash, en partie en actions Elanco. Avec cette acquisition, l'ancienne division d'Eli Lilly devient le n°2 mondial du secteur derrière Zoetis mais devant Boehringer Ingelheim avec 13 % de parts de marché. L'an dernier, la division animale de Bayer représentait 1,8 milliard de dollars sur les 40 milliards de chiffre d'affaires du groupe.