A l'occasion de la réouverture d'une bonne partie des musées belges depuis le 18 mai (en pratique, souvent le 19), il ne faut pas hésiter à en (re)découvrir les classiques, même s'ils sont excentrés, comme le Bastogne War Museum. Il se trouve à proximité du Mardasson, vaste monument inauguré en 1950 à la m...

A l'occasion de la réouverture d'une bonne partie des musées belges depuis le 18 mai (en pratique, souvent le 19), il ne faut pas hésiter à en (re)découvrir les classiques, même s'ils sont excentrés, comme le Bastogne War Museum. Il se trouve à proximité du Mardasson, vaste monument inauguré en 1950 à la mémoire des soldats américains impliqués dans la décisive Bataille des Ardennes de 1944-45. Comprenant également une crypte décorée par Fernand Léger, il conduit tout naturellement au bâtiment voisin de 1.600 m2 qui, depuis 2014, remplace le Bastogne Historical Center. On peut y découvrir de multiples pièces provenant de la Seconde Guerre mondiale : des uniformes aux armements, des journaux d'époque à de nombreuses photographies, et même un authentique tank forcément vintage. Le visiteur est notamment plongé dans trois expériences immersives qui racontent le parcours de quatre protagonistes des événements guerriers. Ainsi, on peut s'asseoir face à un décor de café reconstitué où les vitrines côté rue servent de lieu de projection d'actualités de la guerre. Le musée comme le Mardasson sont évidemment fréquentés par les publics belge, français ou néerlandais mais aussi par les Américains. Les rares survivants de la guerre mais aussi, chaque année, par les familles et les descendants de ceux-ci qui, venus de tous les Etats-Unis, découvrent ce moment d'importance que fut la Bataille des Ardennes. A noter qu'aujourd'hui encore, le musée continue à recevoir des objets témoignant de l'époque.