Atenor accentuera encore davantage sa politique d'internationalisation en 2019. Après le Luxembourg, la Hongrie, la Roumanie, la France et la Pologne, le promoteur la hulpois envisage de s'étendre en Allemagne et aux Pays-Bas...

Atenor accentuera encore davantage sa politique d'internationalisation en 2019. Après le Luxembourg, la Hongrie, la Roumanie, la France et la Pologne, le promoteur la hulpois envisage de s'étendre en Allemagne et aux Pays-Bas. La percée en Flandre semble également imminente. " Nous avons raté notre premier projet, à Hasselt, pour 500.000 euros, regrette Stephan Sonneville, administrateur délégué d'Atenor. Nous ne diminuons pas nos développements à Bruxelles ( The One, Victor et City Dox sont en cours alors qu'Atenor tente d'emporter le marché du centre de conférence européen en présentant son projet Realex, Ndlr). Loin de là. Mais si nous voulons maintenir un rythme de croissance suffisant du chiffre d'affaires, nous devons aller à l'étranger. " Atenor dispose actuellement de 800.000 m2 en développement. Son résultat net consolidé s'élève à 5,64 millions d'euros pour les six premiers mois de 2018, contre 16,75 millions en 2017. " Le second semestre sera bien meilleur, assure Stephan Sonneville. En 10 ans, je n'ai jamais perdu d'argent sur un projet. 2019 sera l'année de la concrétisation de nos ambitions. "