"La Cour des comptes grecque soutient d'importantes réformes", explique Kees Vendrik. "Elle passe d'un système dans lequel toutes les dépenses étaient vérifiées au préalable à une manière de travailler qui ressemble plus à la notre. Nous contrôlons les dépenses des ministères après coup." Kees Vendrik est très satisfait que la Belgique et la France prennent part à cette assistance, car ceux-ci, définis encore comme pays "latins", se sont récemment tournés vers un système de contrôle a posteriori, introduit il y a des décennies dans le nord de l'Europe. Ils ont donc encore fraîchement en tête les endroits où ils ont trébuché à la suite de la reconversion, estime-t-il. (JAV)

"La Cour des comptes grecque soutient d'importantes réformes", explique Kees Vendrik. "Elle passe d'un système dans lequel toutes les dépenses étaient vérifiées au préalable à une manière de travailler qui ressemble plus à la notre. Nous contrôlons les dépenses des ministères après coup." Kees Vendrik est très satisfait que la Belgique et la France prennent part à cette assistance, car ceux-ci, définis encore comme pays "latins", se sont récemment tournés vers un système de contrôle a posteriori, introduit il y a des décennies dans le nord de l'Europe. Ils ont donc encore fraîchement en tête les endroits où ils ont trébuché à la suite de la reconversion, estime-t-il. (JAV)