"Je suis satisfait et soulagé et je comprends très bien que cette réouverture s'accompagne de certaines mesures", commente le bourgmestre d'Ostende, Bart Tommelein. Il attend une meilleure communication sur ces règles encadrant la reprise. "Ils feraient mieux de laisser la mise en place aux autorités locales, et que le cadre soit donné par le Comité de concertation", ajoute-t-il.

La bourgmestre de Blankenberge Daphné Dumery espère aussi que l'arrêté ministériel sera publié suffisamment à l'avance. "Les commerces horeca doivent pouvoir se préparer. Il ne faut pas annoncer quelque chose en dernière minute."

Les communes de la mer du Nord sont sceptiques quant à l'heure de fermeture qui diverge de 90 minutes entre l'intérieur devant fermer à 22h00 et la terrasse à 23h30. "C'est un règlement tout à fait absurde", commente le bourgmestre de Middelkerke Jean-Marie Dedecker.

Son vis-à-vis de Knokke-Heist, Piet De Groote, estime aussi que cela va poser des difficultés. "C'est une règle qui va être difficile à encadrer. Il y a tant de nouvelles règles et nouveaux assouplissements qui tombent que nos services ne pourront pas tout gérer."

"Je suis satisfait et soulagé et je comprends très bien que cette réouverture s'accompagne de certaines mesures", commente le bourgmestre d'Ostende, Bart Tommelein. Il attend une meilleure communication sur ces règles encadrant la reprise. "Ils feraient mieux de laisser la mise en place aux autorités locales, et que le cadre soit donné par le Comité de concertation", ajoute-t-il. La bourgmestre de Blankenberge Daphné Dumery espère aussi que l'arrêté ministériel sera publié suffisamment à l'avance. "Les commerces horeca doivent pouvoir se préparer. Il ne faut pas annoncer quelque chose en dernière minute." Les communes de la mer du Nord sont sceptiques quant à l'heure de fermeture qui diverge de 90 minutes entre l'intérieur devant fermer à 22h00 et la terrasse à 23h30. "C'est un règlement tout à fait absurde", commente le bourgmestre de Middelkerke Jean-Marie Dedecker. Son vis-à-vis de Knokke-Heist, Piet De Groote, estime aussi que cela va poser des difficultés. "C'est une règle qui va être difficile à encadrer. Il y a tant de nouvelles règles et nouveaux assouplissements qui tombent que nos services ne pourront pas tout gérer."