Le Voka souhaite renforcer sa présence à Bruxelles et créer des ponts avec la zone de l'hinterland. "Nous faisons face à une explosion démographique à Bruxelles avec 150.000 nouveaux arrivants. Il faut donc approfondir certaines matières communautaires à Bruxelles. L'enseignement est dès lors crucial et l'enseignement s'inscrit dans le marché du travail", explique-t-il. Il a précisé que cette initiative n'était pas une sorte d'invasion de la Flandre à Bruxelles. "Il y a quand même autre chose que la politique dans le monde. Il n'y a pas d'agenda politique derrière notre projet", a ajouté M. Libeer. (PVO)

Le Voka souhaite renforcer sa présence à Bruxelles et créer des ponts avec la zone de l'hinterland. "Nous faisons face à une explosion démographique à Bruxelles avec 150.000 nouveaux arrivants. Il faut donc approfondir certaines matières communautaires à Bruxelles. L'enseignement est dès lors crucial et l'enseignement s'inscrit dans le marché du travail", explique-t-il. Il a précisé que cette initiative n'était pas une sorte d'invasion de la Flandre à Bruxelles. "Il y a quand même autre chose que la politique dans le monde. Il n'y a pas d'agenda politique derrière notre projet", a ajouté M. Libeer. (PVO)