Le mois dernier, plus d'une centaine de signalements de fausses boutiques en ligne ont été reçus via le point de contact du SPF Economie, annonce ce dernier vendredi dans un communiqué. Les escrocs, réagissant à l'actualité, créent de fausses boutiques en ligne proposant du bois. Les consommateurs qui passent une commande sur ces boutiques virtuelles ne reçoivent en réalité rien du tout.

Le point de contact du SPF Economie a reçu 126 signalements de faux sites de vente en ligne vendant du bois depuis le 1er juillet. Les victimes sont en moyenne dépouillées de 750 euros mais l'une d'entre elles a avoué en avoir déboursés 2.972. L'Inspection économique du SPF Economie analyse actuellement ces signalements et pourrait décider de lancer une enquête.

Les fraudeurs risquent une peine de prison allant d'un mois à 5 ans ou une amende comprise entre 208 et 24.000 euros. Les arnaqueurs profitent de l'actuelle hausse des prix de l'énergie et de la demande croissante en modes de chauffage alternatifs. En outre, ils tirent parti de la pénurie internationale de bois de construction et des fortes hausses de prix.

Ils créent des sites internet pour vendre différents produits dérivés du bois, comme des pellets de bois, du bois de chauffage ou des palettes. Les arnaqueurs attirent les gens grâce à des prix attractifs dont ils font aussi la promotion à l'aide d'annonces sur les réseaux sociaux. Après paiement, rien ne se passe.

Les marchandises commandées ne sont pas envoyées et l'escroc ne répond même plus aux sollicitations. Le SPF Economie a créé il y a quelques mois le site webshopsecurise.be où on peut trouver des conseils pour acheter en ligne en toute sécurité et démasquer les sites internet frauduleux.

Le mois dernier, plus d'une centaine de signalements de fausses boutiques en ligne ont été reçus via le point de contact du SPF Economie, annonce ce dernier vendredi dans un communiqué. Les escrocs, réagissant à l'actualité, créent de fausses boutiques en ligne proposant du bois. Les consommateurs qui passent une commande sur ces boutiques virtuelles ne reçoivent en réalité rien du tout. Le point de contact du SPF Economie a reçu 126 signalements de faux sites de vente en ligne vendant du bois depuis le 1er juillet. Les victimes sont en moyenne dépouillées de 750 euros mais l'une d'entre elles a avoué en avoir déboursés 2.972. L'Inspection économique du SPF Economie analyse actuellement ces signalements et pourrait décider de lancer une enquête. Les fraudeurs risquent une peine de prison allant d'un mois à 5 ans ou une amende comprise entre 208 et 24.000 euros. Les arnaqueurs profitent de l'actuelle hausse des prix de l'énergie et de la demande croissante en modes de chauffage alternatifs. En outre, ils tirent parti de la pénurie internationale de bois de construction et des fortes hausses de prix. Ils créent des sites internet pour vendre différents produits dérivés du bois, comme des pellets de bois, du bois de chauffage ou des palettes. Les arnaqueurs attirent les gens grâce à des prix attractifs dont ils font aussi la promotion à l'aide d'annonces sur les réseaux sociaux. Après paiement, rien ne se passe. Les marchandises commandées ne sont pas envoyées et l'escroc ne répond même plus aux sollicitations. Le SPF Economie a créé il y a quelques mois le site webshopsecurise.be où on peut trouver des conseils pour acheter en ligne en toute sécurité et démasquer les sites internet frauduleux.