Les données recueillies et publiées par Febelfin, la Fédération belge du secteur financier, indiquent qu'en Belgique, rien que pour l'année passée, il y a eu environ 67.000 transactions frauduleuses par hameçonnage (phising), pour un montant d'environ 34 millions d'euros. Pour tenter d'empêcher ces fraudes, "l'authentification en deux étapes est requise pour les services bancaires en ligne" rassure Feblfin. Le client s'identifie au moyen de deux éléments pour initier des paiements électroniques et gérer ainsi son compte en ligne.

"Le phishing est devenu ces derniers temps un phénomène sociétal qui touche tous les secteurs, et pas uniquement les institutions financières" souligne Febelfin. C'est pourquoi cette année, les chiffres et es montants ne peuvent être comparés avec ceux des années précédentes. Devant l'ampleur du phénomène tous les types de phising (bancaire et non bancaires) et tous les types de paiements (virements électroniques, ainsi que les paiements électroniques par carte) ont, en effet, été repris ensemble.

Même si "les campagnes de conseils, tant sur les médias sociaux qu'à la télévision et à la radio, ont touché un large public cible, le nombre de cas de fraudes continue d'augmenter. Nous avons donc encore du pain sur la planche. Les campagnes de sensibilisation resteront importantes", conclut le secteur financier.

Avec de la vigilance, l'hameçonnage peut être très simple à éviter :

· Ne jamais au grand jamais communiquer vos codes personnels (code pin, codes bancaires, codes secrets et autres codes de réponse) suite à un courriel, un appel téléphonique, un sms, un message sur un média social ou via Whatsapp. Et si on vous les demande, dites-vous qu'il s'agit d'office d'une escroquerie.

· Ne jamais cliquer sur un lien qui vous a été envoyé. Pour éviter toute tentative de phising, retapez, dans votre navigateur, l'adresse de votre banque ou de tout autre site web auquel vous voulez accéder, vous éviterez ainsi les redirections automatiques frauduleuses.

· Toujours de débarrasser des messages contenant, dans le corps du message, un lien supposé vous mener vers un site de paiement ou vers le site web de votre banque.

· Si vous avez le choix, utilisez votre propre application bancaire mobile.

Les données recueillies et publiées par Febelfin, la Fédération belge du secteur financier, indiquent qu'en Belgique, rien que pour l'année passée, il y a eu environ 67.000 transactions frauduleuses par hameçonnage (phising), pour un montant d'environ 34 millions d'euros. Pour tenter d'empêcher ces fraudes, "l'authentification en deux étapes est requise pour les services bancaires en ligne" rassure Feblfin. Le client s'identifie au moyen de deux éléments pour initier des paiements électroniques et gérer ainsi son compte en ligne."Le phishing est devenu ces derniers temps un phénomène sociétal qui touche tous les secteurs, et pas uniquement les institutions financières" souligne Febelfin. C'est pourquoi cette année, les chiffres et es montants ne peuvent être comparés avec ceux des années précédentes. Devant l'ampleur du phénomène tous les types de phising (bancaire et non bancaires) et tous les types de paiements (virements électroniques, ainsi que les paiements électroniques par carte) ont, en effet, été repris ensemble.Même si "les campagnes de conseils, tant sur les médias sociaux qu'à la télévision et à la radio, ont touché un large public cible, le nombre de cas de fraudes continue d'augmenter. Nous avons donc encore du pain sur la planche. Les campagnes de sensibilisation resteront importantes", conclut le secteur financier.