Le Comité Consultatif pour les Télécommunications réunit des représentants des opérateurs de télécommunications, mais aussi des consommateurs, du gouvernement fédéral, des employeurs et des travailleurs. Il souligne souligne que la norme bruxelloise est jusqu'à 200 fois plus sévère que la norme prescrite par l'Organisation Mondiale de la Santé, et qu'elle engendre des appels de moindre qualité sur les réseaux 2G et 3G. A ses yeux, la norme constitue en outre "une entrave sérieuse aux possibilités de déploiement de nouvelles technologies mobiles sur les réseaux 4G et 5G. Elle est néfaste pour le développement économique et la création d'emplois à Bruxelles ainsi que pour son image internationale en tant que capitale de l'Europe". D'après le Comité, les consommateurs sont également victimes de cette situation: tarifs plus élevés, connexions plus lentes, moins bonne couverture ... Enfin, le Comité a tenu à attirer l'attention du ministre sur le fait qu'il n'existe aucune forme d'harmonisation entre les normes (et les procédures permettant d'obtenir les autorisations nécessaires) applicables dans les différentes Régions du pays. Selon le CCT, renoncer au mode de calcul cumulatif actuel, réparti entre tous les opérateurs, est "une exigence minimale". Le Comité Consultatif ne s'est par contre pas prononcé sur les aspects relatifs à la santé publique "étant donné que le CCT estime qu'il n'est pas l'organe compétent en la matière". (Belga)

Le Comité Consultatif pour les Télécommunications réunit des représentants des opérateurs de télécommunications, mais aussi des consommateurs, du gouvernement fédéral, des employeurs et des travailleurs. Il souligne souligne que la norme bruxelloise est jusqu'à 200 fois plus sévère que la norme prescrite par l'Organisation Mondiale de la Santé, et qu'elle engendre des appels de moindre qualité sur les réseaux 2G et 3G. A ses yeux, la norme constitue en outre "une entrave sérieuse aux possibilités de déploiement de nouvelles technologies mobiles sur les réseaux 4G et 5G. Elle est néfaste pour le développement économique et la création d'emplois à Bruxelles ainsi que pour son image internationale en tant que capitale de l'Europe". D'après le Comité, les consommateurs sont également victimes de cette situation: tarifs plus élevés, connexions plus lentes, moins bonne couverture ... Enfin, le Comité a tenu à attirer l'attention du ministre sur le fait qu'il n'existe aucune forme d'harmonisation entre les normes (et les procédures permettant d'obtenir les autorisations nécessaires) applicables dans les différentes Régions du pays. Selon le CCT, renoncer au mode de calcul cumulatif actuel, réparti entre tous les opérateurs, est "une exigence minimale". Le Comité Consultatif ne s'est par contre pas prononcé sur les aspects relatifs à la santé publique "étant donné que le CCT estime qu'il n'est pas l'organe compétent en la matière". (Belga)