Selon certains professionnels, jusqu'à trois curriculums sur quatre seraient trompeurs. Le principe de confiance dans les déclarations des candidats tend aujourd'hui à disparaître. Les entreprises, soucieuses de s'épargner des coûts pour un recrutement malheureux mais aussi de prévenir un risque d'atteinte à leur réputation, ont donc recours de plus en plus souvent à des contrôles avant emploi ou "screening pré-emploi", soit en interne soit via des fournisseurs externes. Ces contrôles visent à déterminer la fiabilité des informations fournies par le candidat et s'assurer de l'absence d'éléments critiques.
...