La Belgique a été confinée pendant deux mois et l'activité économique mise sur pause. De nombreuses PME font ou vont faire face à d'importants défis en matière de financement. En parallèle, une partie importante de la population implore de ne pas recommencer le "business as usual".

C'est un fait bien connu, la Belgique a, avec près de 281,5 milliards d'euros[2], une réserve d'épargne colossale. Une des pistes évidentes pour la relance économique belge passera par la mobilisation de cette épargne en faveur des PME.

L'expérience d'Ecco Nova démontre aujourd'hui un réel intérêt des citoyens pour activer leur épargne dans des projet durables et rentables, et ce malgré une pression fiscale importante. En revanche, pour une PME, activer l'épargne des citoyens est tout sauf une pratique courante.

Le défi pour accélérer le désenclavement de l'épargne des Belges consiste à rendre l'investissement citoyen plus attractif aux yeux des PME elles-mêmes.

Comment ? D'abord, en se concentrant sur le prêt subordonné, assimilable aux fonds propres. Celui-ci n'induit aucune ingérence des citoyens susceptible d'effrayer les dirigeants des PME. Ensuite, en déployant une fiscalité avantageuse sous la forme d'une exonération du précompte mobilier pour les PME.

Mais pas n'importe comment. Cette exonération sera conditionnée au respect de critères environnementaux, sociétaux et de gouvernance (ESG).

La baisse de la pression fiscale profitera à la PME qui se financera auprès des citoyens à un coût compétitif.

L'économie est frappante. A titre d'exemple, pour un prêt d'un montant de 500.000 euros sur une durée de 7 ans avec un taux brut de 5%, le montant du précompte mobilier s'élève à 30.000€.

Une telle exonération pourrait également contribuer à accélérer le développement durable si cette économie est réinvestie dans des projets durables créant ainsi un cercle vertueux.

Des mesures visant à stimuler le prêt subordonné entre particuliers et entreprises, tels que le "winwinlening" en Flandre et le "prêt Coup de pouce" en Wallonie existent déjà. Par ailleurs, les récentes déclarations du Ministre flamand Jan Jambon au sujet des prêts au PME vont aussi dans le bon sens mais elles doivent être renforcées si l'on veut créer cette relance vertueuse.

Les avantages sont nombreux : le citoyen trouvera là une alternative locale, durable et rentable pour son épargne, la PME se renforcera financièrement à un coût concurrentiel en contrepartie d'engagements ESG construisant in fine l'économie belge de demain.

Une partie de la population est aussi prête à se détourner des banques traditionnelles pour financer directement des PME et des projets. Le financement participatif n'a jamais eu autant le vent en poupe. Nous observons sur le terrain que notre plateforme de crowdlending pour les projets éco-responsables rencontre une vrai engouement. Avec près de 15 millions d'euros levés en moins de quatre ans dans des projets innovants et durables et une croissance de 300%, le succès du prêt participatif en faveur de projets vertueux est bien là.

Il est temps de donner les moyens aux citoyens et aux PME de s'unir de manière responsable pour qu'ils puissent construire la société dans laquelle ils souhaitent évoluer. Il ne manque plus que la volonté politique pour faciliter et accélérer cette union en diminuant la pression fiscale de tels investissements.

[1]Financement participatif par l'octroi de prêts

[2]Chiffres de la BNB, décembre 2019

La Belgique a été confinée pendant deux mois et l'activité économique mise sur pause. De nombreuses PME font ou vont faire face à d'importants défis en matière de financement. En parallèle, une partie importante de la population implore de ne pas recommencer le "business as usual".C'est un fait bien connu, la Belgique a, avec près de 281,5 milliards d'euros[2], une réserve d'épargne colossale. Une des pistes évidentes pour la relance économique belge passera par la mobilisation de cette épargne en faveur des PME. L'expérience d'Ecco Nova démontre aujourd'hui un réel intérêt des citoyens pour activer leur épargne dans des projet durables et rentables, et ce malgré une pression fiscale importante. En revanche, pour une PME, activer l'épargne des citoyens est tout sauf une pratique courante. Le défi pour accélérer le désenclavement de l'épargne des Belges consiste à rendre l'investissement citoyen plus attractif aux yeux des PME elles-mêmes.Comment ? D'abord, en se concentrant sur le prêt subordonné, assimilable aux fonds propres. Celui-ci n'induit aucune ingérence des citoyens susceptible d'effrayer les dirigeants des PME. Ensuite, en déployant une fiscalité avantageuse sous la forme d'une exonération du précompte mobilier pour les PME.Mais pas n'importe comment. Cette exonération sera conditionnée au respect de critères environnementaux, sociétaux et de gouvernance (ESG).La baisse de la pression fiscale profitera à la PME qui se financera auprès des citoyens à un coût compétitif.L'économie est frappante. A titre d'exemple, pour un prêt d'un montant de 500.000 euros sur une durée de 7 ans avec un taux brut de 5%, le montant du précompte mobilier s'élève à 30.000€.Une telle exonération pourrait également contribuer à accélérer le développement durable si cette économie est réinvestie dans des projets durables créant ainsi un cercle vertueux.Des mesures visant à stimuler le prêt subordonné entre particuliers et entreprises, tels que le "winwinlening" en Flandre et le "prêt Coup de pouce" en Wallonie existent déjà. Par ailleurs, les récentes déclarations du Ministre flamand Jan Jambon au sujet des prêts au PME vont aussi dans le bon sens mais elles doivent être renforcées si l'on veut créer cette relance vertueuse. Les avantages sont nombreux : le citoyen trouvera là une alternative locale, durable et rentable pour son épargne, la PME se renforcera financièrement à un coût concurrentiel en contrepartie d'engagements ESG construisant in fine l'économie belge de demain.Une partie de la population est aussi prête à se détourner des banques traditionnelles pour financer directement des PME et des projets. Le financement participatif n'a jamais eu autant le vent en poupe. Nous observons sur le terrain que notre plateforme de crowdlending pour les projets éco-responsables rencontre une vrai engouement. Avec près de 15 millions d'euros levés en moins de quatre ans dans des projets innovants et durables et une croissance de 300%, le succès du prêt participatif en faveur de projets vertueux est bien là.Il est temps de donner les moyens aux citoyens et aux PME de s'unir de manière responsable pour qu'ils puissent construire la société dans laquelle ils souhaitent évoluer. Il ne manque plus que la volonté politique pour faciliter et accélérer cette union en diminuant la pression fiscale de tels investissements.[1]Financement participatif par l'octroi de prêts[2]Chiffres de la BNB, décembre 2019