Après trois exercices fortement touchés par la crise sanitaire, la croissance devrait revenir à un niveau "conforme aux tendances observées dans un passé récent" (+1,5% en Flandre, +1,1% en Wallonie et +0,9% à Bruxelles en moyenne sur la période 2023-2025). "Dans les trois régions du pays, le niveau de l'activité économique resterait inférieur à celui qu'il aurait été dans un scénario sans pandémie", commente le Bureau du Plan.

Sur le marché du travail, l'emploi diminuerait de 108.000 personnes sur l'ensemble des deux années 2020 et 2021, soit -1,1 % par an en moyenne, selon les estimations. Le recul serait un peu moins prononcé à Bruxelles (-0,9% par an en moyenne, soit -13.000 emplois sur l'ensemble des deux années) qu'en Flandre (-1,1%, soit -66.000 emplois) et en Wallonie (-1,1%, soit -29.000 emplois).

En 2022, l'emploi repartira nettement à la hausse dans les trois régions (+1,6% en Flandre, +1,4% en Wallonie et +1% à Bruxelles). Au cours de la période 2023-2025, la croissance est estimée à 1% par an en moyenne au nord du pays, à 0,9% au sud et à 0,5% dans la capitale.

Le taux de chômage augmentera lui nettement à court terme, passant de 5,9% en 2019 à 8,9% en 2021 en Flandre, de 12,5 à 14,8% en Wallonie et de 15,5% à 16,5% à Bruxelles. Cela correspond à une hausse du chômage sur l'ensemble des deux années 2020-2021 de 101.000 personnes en Flandre, 39.000 en Wallonie et 6.000 personnes à Bruxelles.

Par la suite, avec la reprise de l'emploi, le taux de chômage diminuera dans les trois régions, atteignant en 2025 les niveaux de 13,4% à Bruxelles, 6,4% en Flandre et 12,1 % en Wallonie.

Après trois exercices fortement touchés par la crise sanitaire, la croissance devrait revenir à un niveau "conforme aux tendances observées dans un passé récent" (+1,5% en Flandre, +1,1% en Wallonie et +0,9% à Bruxelles en moyenne sur la période 2023-2025). "Dans les trois régions du pays, le niveau de l'activité économique resterait inférieur à celui qu'il aurait été dans un scénario sans pandémie", commente le Bureau du Plan. Sur le marché du travail, l'emploi diminuerait de 108.000 personnes sur l'ensemble des deux années 2020 et 2021, soit -1,1 % par an en moyenne, selon les estimations. Le recul serait un peu moins prononcé à Bruxelles (-0,9% par an en moyenne, soit -13.000 emplois sur l'ensemble des deux années) qu'en Flandre (-1,1%, soit -66.000 emplois) et en Wallonie (-1,1%, soit -29.000 emplois).En 2022, l'emploi repartira nettement à la hausse dans les trois régions (+1,6% en Flandre, +1,4% en Wallonie et +1% à Bruxelles). Au cours de la période 2023-2025, la croissance est estimée à 1% par an en moyenne au nord du pays, à 0,9% au sud et à 0,5% dans la capitale.Le taux de chômage augmentera lui nettement à court terme, passant de 5,9% en 2019 à 8,9% en 2021 en Flandre, de 12,5 à 14,8% en Wallonie et de 15,5% à 16,5% à Bruxelles. Cela correspond à une hausse du chômage sur l'ensemble des deux années 2020-2021 de 101.000 personnes en Flandre, 39.000 en Wallonie et 6.000 personnes à Bruxelles. Par la suite, avec la reprise de l'emploi, le taux de chômage diminuera dans les trois régions, atteignant en 2025 les niveaux de 13,4% à Bruxelles, 6,4% en Flandre et 12,1 % en Wallonie.