La ponctualité reste la plus faible aux heures de pointe du soir (82,1% contre 86,3% le matin). La ponctualité des trains IC a progressé, de 80,9% à 82,4%. Parmi ces trains, la ligne Anvers-Courtrai a connu une belle progression, de 70,4 à 85,9%, le tronçon Bruxelles-Midi-Luxembourg régressant lui quelque peu, de 82,5 à 80,3%, tout comme l'IC Knokke/Blankenberge-Hasselt/Tongres (de 82,9 à 77,5%). La ponctualité à l'arrivée dans quelques grandes gares wallonnes est moins respectée que dans le nord du pays. Ainsi, Namur et Liège-Guillemins pointent respectivement à 83,3 et 85,3% alors que Denderleeuw (90,1%) et Gand-Saint-Pierre (87,4%) se portent mieux. C'est d'ailleurs sur la ligne 161 Namur-Bruxelles que la ponctualité est la plus faible aux heures de pointe matinales (77,2%). Tournai-Bruxelles (77,5%), Mons-Bruxelles (79,1%) et Ostende-Bruxelles (79,8%) font à peine mieux au même moment de la journée. La proportion de trains supprimés a également diminué, de 1,7% en 2011 à 1,4% l'an dernier pour un total de 18.969 suppressions. La responsabilité des retards est à mettre, pour près des deux tiers, au compte de l'une des trois entités SNCB (SNCB, Infrabel ou Holding). Pour les trains supprimés, cette proportion tombe à 54,5%. Le taux de correspondances dans les dix grandes gares du pays a également été stable à 89,9%, contre 89,3% en 2011. Seules les gares de Namur (de 88,7% en 2011 à 87% en 2012) et de Mons (de 90,3% à 89,5%) ont enregistré un léger recul en la matière. (NICOLAS LAMBERT)

La ponctualité reste la plus faible aux heures de pointe du soir (82,1% contre 86,3% le matin). La ponctualité des trains IC a progressé, de 80,9% à 82,4%. Parmi ces trains, la ligne Anvers-Courtrai a connu une belle progression, de 70,4 à 85,9%, le tronçon Bruxelles-Midi-Luxembourg régressant lui quelque peu, de 82,5 à 80,3%, tout comme l'IC Knokke/Blankenberge-Hasselt/Tongres (de 82,9 à 77,5%). La ponctualité à l'arrivée dans quelques grandes gares wallonnes est moins respectée que dans le nord du pays. Ainsi, Namur et Liège-Guillemins pointent respectivement à 83,3 et 85,3% alors que Denderleeuw (90,1%) et Gand-Saint-Pierre (87,4%) se portent mieux. C'est d'ailleurs sur la ligne 161 Namur-Bruxelles que la ponctualité est la plus faible aux heures de pointe matinales (77,2%). Tournai-Bruxelles (77,5%), Mons-Bruxelles (79,1%) et Ostende-Bruxelles (79,8%) font à peine mieux au même moment de la journée. La proportion de trains supprimés a également diminué, de 1,7% en 2011 à 1,4% l'an dernier pour un total de 18.969 suppressions. La responsabilité des retards est à mettre, pour près des deux tiers, au compte de l'une des trois entités SNCB (SNCB, Infrabel ou Holding). Pour les trains supprimés, cette proportion tombe à 54,5%. Le taux de correspondances dans les dix grandes gares du pays a également été stable à 89,9%, contre 89,3% en 2011. Seules les gares de Namur (de 88,7% en 2011 à 87% en 2012) et de Mons (de 90,3% à 89,5%) ont enregistré un léger recul en la matière. (NICOLAS LAMBERT)