"La condition pour entamer les discussions avec nous était d'arrêter l'action, mais cela était impossible pour nous", explique Hilde Verhelst, délégué CSC, au nom du front commun. La direction a dès lors décidé de recourir à un bureau de conciliation. Syndicats et direction y sont attendus, ce vendredi à 15h00, à Bruxelles. La grève se poursuivra vendredi mais les travailleurs qui souhaitent travailler ne seront pas empêchés de le faire. Sur les 500 travailleurs que compte le centre de distribution, 30 à 40% auraient travaillé ce jeudi, selon les syndicats. Le conflit social est lié à des questions de primes, de communication entre les syndicats et la direction et de suivi de l'absentéisme. Les travailleurs se plaignent également d'une surcharge de travail. (Belga)

"La condition pour entamer les discussions avec nous était d'arrêter l'action, mais cela était impossible pour nous", explique Hilde Verhelst, délégué CSC, au nom du front commun. La direction a dès lors décidé de recourir à un bureau de conciliation. Syndicats et direction y sont attendus, ce vendredi à 15h00, à Bruxelles. La grève se poursuivra vendredi mais les travailleurs qui souhaitent travailler ne seront pas empêchés de le faire. Sur les 500 travailleurs que compte le centre de distribution, 30 à 40% auraient travaillé ce jeudi, selon les syndicats. Le conflit social est lié à des questions de primes, de communication entre les syndicats et la direction et de suivi de l'absentéisme. Les travailleurs se plaignent également d'une surcharge de travail. (Belga)