Sur 2.354 demandes industrielles introduites en Flandre, les communes, provinces ou même la Région en ont refusé 268, soit 11%. Toutes les régions sont plus ou moins touchées d'identi...

Sur 2.354 demandes industrielles introduites en Flandre, les communes, provinces ou même la Région en ont refusé 268, soit 11%. Toutes les régions sont plus ou moins touchées d'identique manière. La plupart des protestations émanent de riverains, surtout en zones rurales où le phénomène Nimby (Not in my backyard) reste vivace. Par exemple, lorsqu'une entreprise souhaite devenir plus écologique en installant une éolienne. S'y ajoute une indéniable complexité administrative qui impose quelquefois de reprendre la procédure à zéro. "Tout cela constitue indéniablement un frein pour l'investissement", déplore Jolyce Demely (Agoria), au vu de ces chiffres collationnés pour la première fois par le département flamand de l'Environnement. "Un quart de nos emplois est lié à l'industrie, rappelle-t-elle. Nous avons tout intérêt à les conserver et, parallèlement, à attirer d'avantage d'investissements étrangers."