Plus en nuances, au-delà des 18% qui ont maintenu l'ensemble de leurs activités, 38% des entreprises en ont maintenu une partie et 44% sont totalement à l'arrêt, selon le sondage.

La reprise complète ou partielle s'annonce chez nombre d'entre elles, relève aussi la Confédération. Celle-ci souligne également que neuf entreprises sur 10 connaissent bien les mesures de soutien mises en place par le gouvernement (report des paiements TVA, du précompte professionnel, des cotisations sociales et crédits immobiliers ainsi que le droit-passerelle pour les indépendants).

Environ 20% des entreprises pensent pouvoir entamer une reprise des activités, au moins partiellement. "Au préalable, chaque entreprise effectuera une analyse des risques corona afin de vérifier que la sécurité et la santé de ses employés sont garanties à 100%", indique la Confédération.

Si le ciel semble se dégager quelque peu pour certaines d'entre elles, la situation n'en reste pas moins difficile pour beaucoup. La branche wallonne de la Confédération en appelle à plus de soutien du gouvernement régional. Les entreprises de construction wallonnes "ne comprennent pas qu'il leur soit refusé de pouvoir bénéficier de l'indemnité de 5.000 euros réservée aux commerçants dont l'activité a été arrêtée par décision gouvernementale", relève-t-elle en demandant que cette mesure soit leur soit étendue.

En outre, la CCW demande au gouvernement wallon de travailler sur des mesures plus fortes de soutien financier aux entreprises en fournissant des solutions simples et rapides pour soutenir au mieux la trésorerie des entreprises de construction, en facilitant les prêts directs de trésorerie.

Enfin, elle demande encore d'autres mesures d'urgence "comme la suspension temporaire des taxations locales sur les activités à l'arrêt, y compris la suspension des coûts liés à l'occupation du domaine public par les chantiers".

Plus en nuances, au-delà des 18% qui ont maintenu l'ensemble de leurs activités, 38% des entreprises en ont maintenu une partie et 44% sont totalement à l'arrêt, selon le sondage. La reprise complète ou partielle s'annonce chez nombre d'entre elles, relève aussi la Confédération. Celle-ci souligne également que neuf entreprises sur 10 connaissent bien les mesures de soutien mises en place par le gouvernement (report des paiements TVA, du précompte professionnel, des cotisations sociales et crédits immobiliers ainsi que le droit-passerelle pour les indépendants). Environ 20% des entreprises pensent pouvoir entamer une reprise des activités, au moins partiellement. "Au préalable, chaque entreprise effectuera une analyse des risques corona afin de vérifier que la sécurité et la santé de ses employés sont garanties à 100%", indique la Confédération. Si le ciel semble se dégager quelque peu pour certaines d'entre elles, la situation n'en reste pas moins difficile pour beaucoup. La branche wallonne de la Confédération en appelle à plus de soutien du gouvernement régional. Les entreprises de construction wallonnes "ne comprennent pas qu'il leur soit refusé de pouvoir bénéficier de l'indemnité de 5.000 euros réservée aux commerçants dont l'activité a été arrêtée par décision gouvernementale", relève-t-elle en demandant que cette mesure soit leur soit étendue. En outre, la CCW demande au gouvernement wallon de travailler sur des mesures plus fortes de soutien financier aux entreprises en fournissant des solutions simples et rapides pour soutenir au mieux la trésorerie des entreprises de construction, en facilitant les prêts directs de trésorerie. Enfin, elle demande encore d'autres mesures d'urgence "comme la suspension temporaire des taxations locales sur les activités à l'arrêt, y compris la suspension des coûts liés à l'occupation du domaine public par les chantiers".