Logiquement, le marché des crédits hypothécaires épouse, de près, celui des transactions immobilières. En plein boom depuis le début de l'année, ce dernier amène les prêts immobiliers vers de nouveaux sommets. Selon les calculs de nos collègues du Soir, 48,2 milliards d'euros de nouveaux prêts ont été accordés entre janvier et fin octobre, soit une hausse de 19%. Le mois d'octobre fut particulièrement chaud : selon la BNB, 56.269 nouveaux crédits hypothécaires y ont été enregistrés auprès de la Centrale des crédits aux particuliers. C'est une augmentation de 61% par rapport à octobre 2018 mais aussi de 48% vis-à-vis de septembre de cette année. Sans surprise, c'est en Flandre que la flambée d'octobre est la plus marquée : + 80%, pour + 31% en Wallonie et + 26% à Bruxelles. Sans surprise car c'est évidemment la suppression, en Flandre, du bonus logement au 1er janvier 2020 et son remplacement par une baisse (de 7 à 6%) des droits d'enregistrement pour une maison familiale qui poussent les particuliers à acheter sans traîner. Une folie qui devrait perdurer jusqu'au 31 décembre.

L'influence des taux bas joue aussi grandement si l'on en juge par l'augmentation dans les deux autres Régions. Cette influence se remarque aussi dans les refinancements. Selon la BNB, sur les six derniers mois de cette année, ils ont augmenté de 120% par rapport à la même période l'an dernier. Pour bien mesurer leur impact, il faut savoir qu'en octobre, ils représentaient 39% de tous les crédits accordés pour 52% aux nouveaux prêts hypothécaires.

Enfin, dernier argument avancé par le secteur, les nouvelles limites imposées par la BNB. A partir du 1er janvier prochain, la quotité des nouveaux crédits ne pourra plus dépasser certains seuils : 90% du prix d'achat pour les propriétaires résidents et 80% pour les investisseurs.