"Les pierres sont l'expression matérielle de notre identité. Nous devons transmettre cet héritage aux prochaines générations, de sorte qu'elles puissent s'appuyer sur notre histoire", a déclaré vendredi le ministre flamand en charge du patrimoine immobilier Matthias Diependaele (N-VA).

La dernière rénovation majeure du palais remonte à 1920, soit à il y a un siècle.

Entretemps, la province a néanmoins restauré plusieurs parties de l'édifice et met actuellement la dernière main au rafraichissement du jardin, qui a été partiellement ouvert au grand public.

Le palais archiépiscopal, construit au XVIIIe siècle, est protégé depuis 1995.

"Les pierres sont l'expression matérielle de notre identité. Nous devons transmettre cet héritage aux prochaines générations, de sorte qu'elles puissent s'appuyer sur notre histoire", a déclaré vendredi le ministre flamand en charge du patrimoine immobilier Matthias Diependaele (N-VA). La dernière rénovation majeure du palais remonte à 1920, soit à il y a un siècle. Entretemps, la province a néanmoins restauré plusieurs parties de l'édifice et met actuellement la dernière main au rafraichissement du jardin, qui a été partiellement ouvert au grand public. Le palais archiépiscopal, construit au XVIIIe siècle, est protégé depuis 1995.