Pour la reconversion de ce site de 95 hectares, le fonds d'investissement luxembourgeois RBRE Group devrait déposer plus de 350 millions sur la table et créer près de 3.000 emplois par le biais d'entreprises " vertes ". Un projet qui se dessinerait à l'horizon 2030, la première pierre devant être déposée d'ici trois ou quatre ans...

Pour la reconversion de ce site de 95 hectares, le fonds d'investissement luxembourgeois RBRE Group devrait déposer plus de 350 millions sur la table et créer près de 3.000 emplois par le biais d'entreprises " vertes ". Un projet qui se dessinerait à l'horizon 2030, la première pierre devant être déposée d'ici trois ou quatre ans. Les premières demandes de permis seront, par contre, introduites au printemps. " Il ne s'agit pas d'un projet insensé, au contraire, explique Gabriel el Rhilani, CEO de RBRE. Nous prévoyons une zone d'activités économiques tournées vers les sociétés actives dans l'écologie. Le MSG Industriel Eco Park produira son énergie, qui sera utilisée par les entreprises. Nous voulons en faire un lieu d'innovation écologique. Précisons que 30 à 40 % de l'espace sera réservé à des espaces verts. J'estime en tout cas que ce projet est idéalement situé et est vraiment porteur pour la Wallonie. " Au total, on retrouvera 50 % d'industries, 30 % de bureaux centrés sur la recherche et le développement, 20 % de laboratoires, de même que des bureaux, des services et un hôtel de 30 étages, qui fera office de signal. Tant les élus locaux, que la Région wallonne, l'UCL et l'Intercommunale du Brabant wallon soutiennent le projet. C'est le bureau d'architectes Syntaxe, d'Ittre, qui a dessiné le master plan et les premières esquisses. Le MSG Industriel Eco Park sera dévoilé en exclusivité le 15 mars lors du Mipim. A l'aide d'un casque virtuel, les visiteurs pourront se faire une première idée du projet. Par Xavier Attout.