Résultat : le développeur de Neo 1 (Unibail-Rodamco-Westfield) a vu débarquer la semaine dernière le ministre-président et le bourgmestre de Bruxelles à leur traditionnelle conférence de presse du Mapic. Avec un mot d'ordre : rassurer. " Ces contretemps ne nous arrangent pas mais nous restons plus que motivés par le projet, dont le financement est garanti ", lance le directeur général Europe Michel Dessolain. " Nous travaillons sur plusieurs plan B si le plan A ne se concrétise pas, précisent Rudi Vervoort et Philippe Close.

Dans tous les cas, ce projet de près d'1 milliard d'euros se fera. " Le duo socialiste a débarqué à Cannes avec une bonne nouvelle : l'octroi du permis d'urbanisme pour Neo 1 (centre commercial de 72.000 m2 et 450 logements) délivré début novembre. Il est toutefois assorti de 11 points qui nécessitent des éclaircissements. " Rien de contraignant ", tempère Rudi Vervoort.

La date d'ouverture est désormais prévue en 2024. Dans le meilleur des cas. Car, d'ici là, il faudra dénouer encore quelques noeuds. Le recours de riverains contre le Pras ? Une série de questions préjudicielles ont été envoyées à la Cour européenne de justice. Durée : 15 mois. Parallèlement, un plan B a été lancé avec l'élaboration d'un plan d'aménagement directeur (durée : 18 mois). Rayon mobilité, soit un arrangement est trouvé avec l'administration flamande, soit le flot de voitures circulera de l'A12 au Heysel via le Trade Mart. Bref, si les sourires de circonstance sont bien présents, un certain nombre de planètes doivent encore s'aligner pour voir le centre commercial accueillir les 12 à 15 millions de visiteurs attendus.