"Beaucoup plus de gens ont été amenés à se poser des questions à propos de leur succession: qu'ils soient sortis d'une hospitalisation de longue durée ou qu'ils soient simplement proches de quelqu'un ayant contracté le virus", commente le notaire Sébastien Dupuis, porte-parole de notaire.be.

Si le nombre de donations est resté stable (+ 0,3% entre janvier et novembre 2019 et janvier et novembre 2020), cela cache toutefois des différences importantes entre les donations mobilières (de l'argent, des titres, des actions...) et les donations immobilières. Alors que les premières sont en recul au niveau national (- 3,9%), les donations immobilières ont le vent en poupe sur les 11 premiers mois de l'année, surtout en Wallonie (+ 6,5%) et à Bruxelles (+ 7,7%), constate la fédération.

La hausse du nombre de donations immobilières dans le sud du pays avait été nettement plus importante sur les 11 premiers mois de 2019 par rapport à la même période en 2018, de l'ordre de 28%, mais celle-ci s'expliquait par une modification de la fiscalité wallonne depuis septembre 2018.

"Beaucoup plus de gens ont été amenés à se poser des questions à propos de leur succession: qu'ils soient sortis d'une hospitalisation de longue durée ou qu'ils soient simplement proches de quelqu'un ayant contracté le virus", commente le notaire Sébastien Dupuis, porte-parole de notaire.be.Si le nombre de donations est resté stable (+ 0,3% entre janvier et novembre 2019 et janvier et novembre 2020), cela cache toutefois des différences importantes entre les donations mobilières (de l'argent, des titres, des actions...) et les donations immobilières. Alors que les premières sont en recul au niveau national (- 3,9%), les donations immobilières ont le vent en poupe sur les 11 premiers mois de l'année, surtout en Wallonie (+ 6,5%) et à Bruxelles (+ 7,7%), constate la fédération. La hausse du nombre de donations immobilières dans le sud du pays avait été nettement plus importante sur les 11 premiers mois de 2019 par rapport à la même période en 2018, de l'ordre de 28%, mais celle-ci s'expliquait par une modification de la fiscalité wallonne depuis septembre 2018.