Les prix de l'acier, des métaux non ferreux, du bois, du PVC et des matériaux d'isolation ont notamment augmenté en raison de la guerre en Ukraine, indique la Confédération Construction. La situation est tellement volatile que les négociants en matériaux adaptent leur approche en limitant le délai de validité des devis: 44% le limitent à quelques jours, 8% à quelques heures. En outre, les délais de livraison de certains matériaux de construction sont encore plus importants qu'auparavant, constatent 82% des entreprises consultées (contre 72% le mois d'avant).

Selon la Confédération, seule la moitié (51%) des entreprises de construction répercutent les hausses de prix des matériaux, des salaires et de l'énergie sur les clients privés. "Ainsi, pour pouvoir maintenir la tête hors de l'eau, le secteur de la construction attend un certain nombre de mesures de soutien de la part des pouvoirs publics. Par exemple, la force majeure temporaire devrait être appliquée lorsque le travail n'est pas possible en raison de problèmes d'approvisionnement, les droits d'accises sur la consommation d'énergie des entreprises devraient être réduits et des formules de révision des prix détaillées devraient être insérées dans les contrats", estime-t-elle.

"Étant donné qu'il s'agit d'un problème international, nous avons, avec nos organisations partenaires au niveau européen, demandé aux autorités européennes de la concurrence de vérifier s'il existe un abus de pouvoir de marché de la part de grands acteurs des matières premières et/ou des matériaux de construction qui influencent l'offre et/ou le prix", conclut Niko Demeester, administrateur délégué de la Confédération Construction.

Les prix de l'acier, des métaux non ferreux, du bois, du PVC et des matériaux d'isolation ont notamment augmenté en raison de la guerre en Ukraine, indique la Confédération Construction. La situation est tellement volatile que les négociants en matériaux adaptent leur approche en limitant le délai de validité des devis: 44% le limitent à quelques jours, 8% à quelques heures. En outre, les délais de livraison de certains matériaux de construction sont encore plus importants qu'auparavant, constatent 82% des entreprises consultées (contre 72% le mois d'avant). Selon la Confédération, seule la moitié (51%) des entreprises de construction répercutent les hausses de prix des matériaux, des salaires et de l'énergie sur les clients privés. "Ainsi, pour pouvoir maintenir la tête hors de l'eau, le secteur de la construction attend un certain nombre de mesures de soutien de la part des pouvoirs publics. Par exemple, la force majeure temporaire devrait être appliquée lorsque le travail n'est pas possible en raison de problèmes d'approvisionnement, les droits d'accises sur la consommation d'énergie des entreprises devraient être réduits et des formules de révision des prix détaillées devraient être insérées dans les contrats", estime-t-elle. "Étant donné qu'il s'agit d'un problème international, nous avons, avec nos organisations partenaires au niveau européen, demandé aux autorités européennes de la concurrence de vérifier s'il existe un abus de pouvoir de marché de la part de grands acteurs des matières premières et/ou des matériaux de construction qui influencent l'offre et/ou le prix", conclut Niko Demeester, administrateur délégué de la Confédération Construction.