Il n'y a jamais eu autant d'appartements à vendre en Brabant wallon. La barre des mille unités a été franchie mi-juillet, selon les derniers chiffres livrés pour Trends-
...

Il n'y a jamais eu autant d'appartements à vendre en Brabant wallon. La barre des mille unités a été franchie mi-juillet, selon les derniers chiffres livrés pour Trends- Tendances par le bureau d'expertise immobilière de Crombrugghe & Partners. On recense 1.122 appartements neufs actuellement en cours de commercialisation, alors qu'on n'en comptait que 756 unités en avril dernier. Un stock particulièrement bien fourni qui peut s'expliquer par deux raisons : un certain ralentissement du rythme d'acquisition ces derniers mois suite au Covid-19 et une hausse du nombre de projets mis sur le marché. Pour ce dernier élément, il faut surtout se tourner du côté d'Ottignies et de Nivelles. L'autre enseignement à relever concerne les prix de vente. Ils se sont emballés ces derniers mois, pour connaître une hausse de 9 % en un trimestre. Le fait est lié à l'arrivée de projets dont les prix de vente sont plus élevés (principalement Esprit Courbevoie à Louvain-la-Neuve), ce qui a fait grimper leur moyenne globale. Quand on regarde à un horizon plus lointain, on voit par exemple que les prix n'ont augmenté que de 12 % en trois ans ou de 11 % en cinq ans. La preuve que la hausse des prix s'est surtout accélérée ces derniers mois. Le prix moyen d'un appartement neuf, d'une superficie moyenne de 104,5 m2, s'élève à 339.625 euros. Une hausse de plus de 45.000 euros par rapport à avril dernier qui s'explique notamment par l'accroissement de la superficie moyenne des appartements. Elle n'était que de 91,5 m2 il y a un an. Une tendance à la hausse de la surface des appartements qu'il faudra suivre, surtout dans un contexte de réduction de la taille des appartements. Reste que cette augmentation des prix ne concerne pas non plus que la superficie et qu'il faudra également suivre cet emballement du marché. Si on analyse le marché district par district, on observe avant tout un retour en force pour Louvain-la-Neuve et Ottignies. Le nombre d'appartements mis en vente est passé en quelques mois de 115 à 390 unités. Une hausse qui s'explique principalement par la seconde phase du projet Esprit Courbevoie (Thomas & Piron et Besix Red), qui a déposé 195 appartements sur le marché en un coup. Avec des prix qui vont de 235.000 euros (une chambre) à 795.000 euros (trois chambres). Parmi les autres projets de ce district, citons le Domaine de Franquenies (Domaine de Franquenies et Socatra), Dower (B2 Real Estate), La Balbrière (REIM) et les Terrasses de Balzat (Thomas & Piron) à Ottignies. Alors que le pipeline de projets d'Ottignies est particulièrement bien rempli (Samaya de BPI, Bouygues avenue des Combattants et Monuments de Matexi). Notons qu'il n'y a plus aucun projet en vente à Court-Saint-Etienne suite aux atermoiements pris dans le cadre de la seconde phase de Court-Village (Equilis). Tirés vers le haut par Esprit Courbevoie et les Terrasses de Balzat, les prix deviennent les plus élevés de la province à 3.625 euros/m2. Soit un prix moyen de 358.875 euros pour un appartement de 99 m2, la superficie moyenne. La hausse est de 5 % en un an et de 21 % en trois ans. Des montagnes russes qui s'expliquent uniquement par la mise sur le marché à certains moments de projets haut de gamme tels qu'Agora Resort ou Courbevoie. L'autre rebond concerne Tubize et Braine-l'Alleud. Le stock d'appartements mis en vente dans ce district a gonflé de 255 à 340 unités en un trimestre. C'est surtout à Braine-l'Alleud que le pipeline est bien rempli avec Terra Nostra (Equilis), Victor Hugo (Matexi), Les Jardins de l'Etang (Dherte), L'Alliance (AGRE), les Résidences du Parc de Lion (Bonaparte Sprl) et Bellecour (Belfius Immo & Unibra Real Estate). Ces deux derniers projets frôlant les 100 unités. A Tubize, le grand saut est attendu dans les prochains mois, avec nombre de projets en préparation dont, notamment, la commercialisation du Quartier des Confluents (Samfi-Invest et DCI) aux Forges de Clabecq qui débutera d'ici peu. Pour l'heure, les projets Bel Air (Thomas & Piron) et les Jardins de l'Eliana (Matexi) sont mis en vente. Rayon prix, ils sont affichés en moyenne à 2.750 euros/m2, en hausse de 6 % par rapport à avril dernier et de 12 % en un an. Ce sont surtout les projets situés à Braine-l'Alleud, qui dépassent les 3.000 euros/m2, qui font grimper la moyenne. A Nivelles, le stock se vide toujours plus depuis un an. Il y a trois fois moins d'appartements à vendre qu'en 2017. On dénombre 57 appartements en vente, via la Campagne du Petit Baulers (Inred) et la Résidence Athéna (Wilhelm & Co). Un recul avant de mieux sauter ? Quelques gros dossiers apparaîtront d'ici peu puisqu'Immobel vient de recevoir son permis pour construire 300 appartements à l'Ilot Saint-Roch. Le stock du carré d'or du Brabant wallon, à savoir La Hulpe, Lasne, Rixensart et Waterloo, reste stable, avec 175 appartements à vendre. Dans des projets tels que la troisième phase des Papeteries de Genval (132 unités par Equilis), le Normandy à Genval (3B Real Estate) ou encore le Parc Lonchamp (Thomas & Piron Bâtiment et Unibra) et le Parc du Cardinal (Camille SA et UrbanConstruct) à Waterloo. Les prix sont par contre toujours en diminution, comme c'est le cas ces dernières années. Le prix moyen est affiché à 3.415 euros/m2 en moyenne, soit 1% de moins que ce que l'on retrouvait en 2013 ! Enfin, le marché wavrien continue de jouer au yoyo. Si 176 biens étaient mis en vente en septembre dernier, il n'y en a plus que 72 aujourd'hui. Un marché concentré autour des projets Val Vena (Thomas & Piron Bâtiment) et le Champ Sainte-Anne (Matexi). Pour ce dernier, les ventes sont tellement rapides que les entreprises de construction n'arrivent pas à suivre. Résultat : les nouvelles phases à commercialiser se font attendre. Les prix ont augmenté de 4 % par rapport à l'an dernier.