Des coupures d'électricité en Chine, le chaos dans les stations-service britanniques, des usines à l'arrêt... Pénuries et perturbations dans les chaînes logistiques menacent de freiner la reprise de l'économie mondiale, en plein rattrapage après la récession provoquée par la pandémie.

La semaine écoulée a montré de nouveaux exemples des difficultés d'approvisionnements touchant la planète: la Chine manque de charbon pour ses centrales électriques; le Royaume-Uni n'a pas assez de chauffeurs pour conduire ses camions et fait face à de multiples pénuries; un peu partout en Europe, les prix du gaz s'envolent car l'offre ne suffit pas à satisfaire la demande.

"Le risque est que, malgré la réouverture des économies, la croissance ralentisse car on n'arriverait pas à produire ce que les gens réclament", indique à l'AFP Niclas Poitiers, chercheur pour l'institut Bruegel à Bruxelles.

Les difficultés économiques actuelles sont déjà visibles sur les statistiques.

La Chine a vu son activité manufacturière se contracter en septembre pour la première fois depuis le début de l'année.

En France et dans la région de Chicago, elle a touché en septembre un plus bas depuis les prémices de 2021 (janvier et février).

Et la production industrielle au Japon s'est repliée en août pour le deuxième mois de suite.

- Toyota, Stellantis... -

Les difficultés à se fournir en matières premières ou en composants pèsent sur les capacités de production des entreprises.

L'industrie automobile est particulièrement touchée face à la pénurie de certaines puces, de Toyota qui a revu à la baisse ses prévisions de production le mois dernier, à Stellantis (Peugeot, Fiat...) qui va fermer une usine allemande de sa marque Opel début 2022, citant une situation "exceptionnelle".

Le secteur pourrait ainsi perdre 210 milliards de dollars de chiffre d'affaires cette année, soit près du double des anticipations de début d'année, selon de récentes prévisions du cabinet Alixpartners.

L'alerte résonne aussi dans l'habillement, où le géant suédois H&M a évoqué jeudi dans ses résultats des "perturbations et des retards dans l'acheminement des produits" en septembre.

Le suédois Ikea a pour sa part des difficultés à proposer certaines références en raison de pénuries de personnel dans le secteur du transport et du prix des matières premières.

Soumis à de fortes pressions liées à la reprise post-Covid, le coût du fret a été multiplié par cinq en un an pour un voyage de la Chine vers la côte Ouest des Etats-Unis, selon l'indice Freightos Baltic.

Il est difficile pour cette industrie des conteneurs de s'adapter rapidement aux chocs, les porte-conteneurs connaissant eux-aussi une grave pénurie, explique à l'AFP Jacob Kirkegaard, chercheur au Peterson Institute (PIIE) à Washington.

Selon lui toutefois, il faut davantage analyser cette situation "comme un risque de retard dans la reprise économique. (...) Je ne pense pas que le choc soit suffisamment fort pour entraîner un retour en récession."

"La plupart de ces problèmes devraient être résolus à moyen terme", abonde Niclas Poitiers, évoquant la possibilité de plusieurs trimestres de perturbations encore. Ces difficultés pourraient être "plus importantes et plus longues qu'anticipé", a d'ores et déjà affirmé le patron de la Banque centrale américaine Jerome Powell.

D'ici là, certains ports aujourd'hui congestionnés, à l'image de celui de Los Angeles, pourraient voir leur trafic désengorgé. La situation pourrait aussi s'améliorer dans des centres névralgiques de production, comme au Vietnam tout juste sorti d'un confinement de trois mois à Hô Chi Minh-Ville, poumon économique du pays.

Mais dans l'immédiat, c'est le virus qui reste arbitre.

"Au Royaume-Uni ou en Europe, on fait comme si la pandémie était terminée", observe Frances Coppola, auteure du blog financier Coppola Comment. Or "le commerce international ne peut pas retourner à la normale tant que dans certains pays des gens continuent à mourir du Covid."

Des coupures d'électricité en Chine, le chaos dans les stations-service britanniques, des usines à l'arrêt... Pénuries et perturbations dans les chaînes logistiques menacent de freiner la reprise de l'économie mondiale, en plein rattrapage après la récession provoquée par la pandémie.La semaine écoulée a montré de nouveaux exemples des difficultés d'approvisionnements touchant la planète: la Chine manque de charbon pour ses centrales électriques; le Royaume-Uni n'a pas assez de chauffeurs pour conduire ses camions et fait face à de multiples pénuries; un peu partout en Europe, les prix du gaz s'envolent car l'offre ne suffit pas à satisfaire la demande."Le risque est que, malgré la réouverture des économies, la croissance ralentisse car on n'arriverait pas à produire ce que les gens réclament", indique à l'AFP Niclas Poitiers, chercheur pour l'institut Bruegel à Bruxelles.Les difficultés économiques actuelles sont déjà visibles sur les statistiques.La Chine a vu son activité manufacturière se contracter en septembre pour la première fois depuis le début de l'année.En France et dans la région de Chicago, elle a touché en septembre un plus bas depuis les prémices de 2021 (janvier et février). Et la production industrielle au Japon s'est repliée en août pour le deuxième mois de suite.Les difficultés à se fournir en matières premières ou en composants pèsent sur les capacités de production des entreprises.L'industrie automobile est particulièrement touchée face à la pénurie de certaines puces, de Toyota qui a revu à la baisse ses prévisions de production le mois dernier, à Stellantis (Peugeot, Fiat...) qui va fermer une usine allemande de sa marque Opel début 2022, citant une situation "exceptionnelle".Le secteur pourrait ainsi perdre 210 milliards de dollars de chiffre d'affaires cette année, soit près du double des anticipations de début d'année, selon de récentes prévisions du cabinet Alixpartners.L'alerte résonne aussi dans l'habillement, où le géant suédois H&M a évoqué jeudi dans ses résultats des "perturbations et des retards dans l'acheminement des produits" en septembre. Le suédois Ikea a pour sa part des difficultés à proposer certaines références en raison de pénuries de personnel dans le secteur du transport et du prix des matières premières.Soumis à de fortes pressions liées à la reprise post-Covid, le coût du fret a été multiplié par cinq en un an pour un voyage de la Chine vers la côte Ouest des Etats-Unis, selon l'indice Freightos Baltic.Il est difficile pour cette industrie des conteneurs de s'adapter rapidement aux chocs, les porte-conteneurs connaissant eux-aussi une grave pénurie, explique à l'AFP Jacob Kirkegaard, chercheur au Peterson Institute (PIIE) à Washington. Selon lui toutefois, il faut davantage analyser cette situation "comme un risque de retard dans la reprise économique. (...) Je ne pense pas que le choc soit suffisamment fort pour entraîner un retour en récession.""La plupart de ces problèmes devraient être résolus à moyen terme", abonde Niclas Poitiers, évoquant la possibilité de plusieurs trimestres de perturbations encore. Ces difficultés pourraient être "plus importantes et plus longues qu'anticipé", a d'ores et déjà affirmé le patron de la Banque centrale américaine Jerome Powell.D'ici là, certains ports aujourd'hui congestionnés, à l'image de celui de Los Angeles, pourraient voir leur trafic désengorgé. La situation pourrait aussi s'améliorer dans des centres névralgiques de production, comme au Vietnam tout juste sorti d'un confinement de trois mois à Hô Chi Minh-Ville, poumon économique du pays.Mais dans l'immédiat, c'est le virus qui reste arbitre."Au Royaume-Uni ou en Europe, on fait comme si la pandémie était terminée", observe Frances Coppola, auteure du blog financier Coppola Comment. Or "le commerce international ne peut pas retourner à la normale tant que dans certains pays des gens continuent à mourir du Covid."