"L'activité s'est déroulée en dents de scie, mais les ventes immobilières n'ont pas baissé en 2020", a souligné Géraldine Van Bilsen, notaire à Jambes. "Même si les critères d'accès sont plus stricts, les conditions d'emprunts restent très attractives. J'ai signé plusieurs emprunts à un taux fixe de 0,7% sur 20 ans", ajoute David Remy, notaire à Fernelmont.

La tendance la plus notable est l'augmentation du prix d'une maison, supérieur de 10,5% (19.000 euros) au prix médian de la Région wallonne.

Cette médiane augmente pour la sixième année consécutive en province de Namur et passe le seuil des 200.000 euros.

Les prix constatés sont très dispersés. L'arrondissement de Namur affiche le plus élevé (240.000 euros en moyenne) avec une médiane supérieure de 32,5% à celle de la Région wallonne.

"On remarque au nord de la province, vers Gembloux et La Bruyère, une influence du Brabant wallon sur la hausse des prix", a déclaré Mme Van Bilsen.

Philippeville, lui, connaît le prix moyen le plus bas (147.500 euros) et se classe troisième arrondissement le moins cher de Wallonie derrière Mons et Charleroi.

Conséquence de la crise sanitaire, le marché est très tendu. "Il n'y a pas eu beaucoup d'offres et énormément de demandes, certaines maisons se sont vendues en une seule journée", témoigne M. Remy.

"L'activité s'est déroulée en dents de scie, mais les ventes immobilières n'ont pas baissé en 2020", a souligné Géraldine Van Bilsen, notaire à Jambes. "Même si les critères d'accès sont plus stricts, les conditions d'emprunts restent très attractives. J'ai signé plusieurs emprunts à un taux fixe de 0,7% sur 20 ans", ajoute David Remy, notaire à Fernelmont. La tendance la plus notable est l'augmentation du prix d'une maison, supérieur de 10,5% (19.000 euros) au prix médian de la Région wallonne. Cette médiane augmente pour la sixième année consécutive en province de Namur et passe le seuil des 200.000 euros. Les prix constatés sont très dispersés. L'arrondissement de Namur affiche le plus élevé (240.000 euros en moyenne) avec une médiane supérieure de 32,5% à celle de la Région wallonne. "On remarque au nord de la province, vers Gembloux et La Bruyère, une influence du Brabant wallon sur la hausse des prix", a déclaré Mme Van Bilsen. Philippeville, lui, connaît le prix moyen le plus bas (147.500 euros) et se classe troisième arrondissement le moins cher de Wallonie derrière Mons et Charleroi. Conséquence de la crise sanitaire, le marché est très tendu. "Il n'y a pas eu beaucoup d'offres et énormément de demandes, certaines maisons se sont vendues en une seule journée", témoigne M. Remy.