Que retenir de 2017 ?

Rassemblant les arrondissements de Tournai, Mouscron et Ath, le flan occidental de la province de Hainaut, communément appelé Wallonie picarde, a signé une année immobilière stable l'an dernier. " Les hausses ou les baisses de prix importantes qu'on observe dans certaines entités ne sont pas significatives, nuance Bernard Dogot, notaire à Velaines (Celles). Sur une poignée de ventes, quelques maisons vendues plus ou moins cher entre 2016 et 2017 faussent les statistiques. " De manière générale, le notaire estime que, dans le Tournaisis, offre et demande se rencontrent, quoiqu'il observe une recrudescence du nombre de refus de crédits. " Un phénomène rare voici encore deux ou trois ans ", évoque-t-il.

Le top 3 des communes les plus chères

Les communes du nord de l'arrondissement de Ath, proches de la Flandre, affichent les tarifs les plus élevés du Hainaut occidental. Parmi elles, Flobecq et Ellezelle se placent en bonne position, fortes d'un prix médian de respectivement 213 000 et 195 000 euros pour une maison. " On entend encore souvent parler dans les médias de l'intérêt des Français pour notre région, mais ils ne sont plus aussi assidus qu'il y a dix ans, dément Me Dogot. Bien sûr, certains quittent encore des villes comme Roubaix ou Tourcoing pour venir chercher la tranquillité et la sécurité aux alentours de Tournai. Mais, aujourd'hui, ce sont surtout des Flamands qui s'installent en nombre en Wallonie picarde. Ils traversent la frontière linguistique pour profiter des prix bas et du cadre vert et rural des communes limitrophes. "

Dans le Tournaisis, offre et demande se rencontrent

Quant aux appartements, établir un top 3 des communes les plus chères et un autre des communes les moins chères est tout simplement impossible puisque les rares entités possédant un parc d'appartements digne de ce nom sont au nombre de trois : Ath, Mouscron et Tournai, dont les prix médians respectifs se situent à 180 000, 160 000 et 139 000 euros. " Tournai jouit d'un nombre important d'immeubles à appartements neufs, commente Bernard Dogot. Il s'est construit beaucoup de promotions ces quatre, cinq dernières années. Toutefois, en 2017, ces résidences étaient pour beaucoup vendues. D'autres projets sont dans les cartons (près de la cathédrale, le long de la ligne de chemin de fer...) mais le neuf a moins pesé sur les ventes et le prix médian des appartements tournaisiens reflète surtout celui des biens existants. "

Le top 3 des communes

les moins chères

Pour les seules maisons, donc, les communes les plus accessibles de la Wallonie picarde sont Antoing, Bernissart et, ex-aequo, Celles et Péruwelz. Celles mise à part - Me Dogot n'explique pas cette baisse de prix -, le trio de communes s'enfile le long de la frontière française vers l'arrondissement de Mons, meilleur marché.

Quelles perspectives pour 2018 ?

Les notaires tournaisiens sont confiants. " Les perspectives sont excellentes, affirme Bernard Dogot. Celui qui veut investir dans l'immobilier pour occuper personnellement son bien n'a pas de raison de reporter son projet. Le candidat bailleur s'en référera, lui, à la santé de la Bourse. "