Pour les maisons, la hausse des indices en vente de gré à gré est de 6% pour les maisons d'habitation et de 12% pour les immeubles de rapport, détaille l'Ugeb. Les valeurs des appartements en vente de gré à gré sont elles restées globalement stables (prix moyen en progression de 1%, à 2.264 euros/m2), tandis que la hausse atteint plus de 22% en vente publique (prix moyen à 2.252 euros/m2, +25%).

Les ventes publiques rencontrent par ailleurs une "hausse spectaculaire", notamment grâce à la plateforme Biddit, souligne encore le rapport. Cette progression atteint 16% pour les maisons unifamiliales, 19% pour les immeubles de rapport et 25% pour les appartements.

"Les ventes en lignes sont accompagnées d'un dossier souvent fort complet, ce qui était rarement le cas pour les ventes publiques en salle", analyse l'organisation. "Les amateurs savent plus précisément ce qu'ils achètent, ce qui leur permet de monter plus haut dans les enchères."

Pour la première fois depuis 2011, les indices sont plus élevés en vente publique qu'en vente de gré à gré pour les maisons unifamiliales et équivalents pour les appartements, ajoute l'Ugeb. "Pour les immeubles de rapport, la différence est d'environ 3%, au profit des ventes de gré à gré."

Le rapport se base sur un système de points qui permet de quantifier chaque bien, en fonction de sa surface mais également de ses équipements (chauffage, sanitaires, cuisine...).

Pour les maisons, la hausse des indices en vente de gré à gré est de 6% pour les maisons d'habitation et de 12% pour les immeubles de rapport, détaille l'Ugeb. Les valeurs des appartements en vente de gré à gré sont elles restées globalement stables (prix moyen en progression de 1%, à 2.264 euros/m2), tandis que la hausse atteint plus de 22% en vente publique (prix moyen à 2.252 euros/m2, +25%). Les ventes publiques rencontrent par ailleurs une "hausse spectaculaire", notamment grâce à la plateforme Biddit, souligne encore le rapport. Cette progression atteint 16% pour les maisons unifamiliales, 19% pour les immeubles de rapport et 25% pour les appartements. "Les ventes en lignes sont accompagnées d'un dossier souvent fort complet, ce qui était rarement le cas pour les ventes publiques en salle", analyse l'organisation. "Les amateurs savent plus précisément ce qu'ils achètent, ce qui leur permet de monter plus haut dans les enchères." Pour la première fois depuis 2011, les indices sont plus élevés en vente publique qu'en vente de gré à gré pour les maisons unifamiliales et équivalents pour les appartements, ajoute l'Ugeb. "Pour les immeubles de rapport, la différence est d'environ 3%, au profit des ventes de gré à gré." Le rapport se base sur un système de points qui permet de quantifier chaque bien, en fonction de sa surface mais également de ses équipements (chauffage, sanitaires, cuisine...).