Le PS, qui avait tant critiqué l'acquisition de ce bâtiment lorsqu'il se trouvait dans l'opposition, s'est désormais rallié à son partenaire humaniste pour voter le rachat à concurrence de 4 millions, car la politique de gestion et d'acquisition du foncier doit changer, a annoncé Muriel Targnion, la nouvelle bourgmestre.

La majorité de centre gauche estime qu'il faut désormais réguler l'offre commerciale et les enseignes au regard de ce qui se fait déjà à Maastricht, "où la ville est propriétaire de 40% du foncier", explique Mme Targnion.

La Ville espère donc proposer des espaces locatifs à des tarifs intéressants pouvant générer un attrait pour d'autres investisseurs et ainsi permettre une augmentation progressive des loyers grâce aux développements ultérieurs dus aux enseignes.

"La Ville bénéficiera de rentrées supérieures de 150.000 euros par rapport au remboursement de l'emprunt consécutif au rachat. Nous ne perdons pas d'argent dans cette opération", rassure la bourgmestre. La majorité continuera à développer des projets commerciaux au rez-de-chaussée et au premier étage mais se tâte encore quant aux affectations des étages.

C'est pour cette raison que le MR, qui portait encore récemment le projet, s'est abstenu vu l'absence de vision commerciale pour le centre-ville de la part de la nouvelle majorité. Le MR éprouve aussi de vives inquiétudes pour l'atterrissage du centre commercial les Rives de Vesdre.

Le PS, qui avait tant critiqué l'acquisition de ce bâtiment lorsqu'il se trouvait dans l'opposition, s'est désormais rallié à son partenaire humaniste pour voter le rachat à concurrence de 4 millions, car la politique de gestion et d'acquisition du foncier doit changer, a annoncé Muriel Targnion, la nouvelle bourgmestre. La majorité de centre gauche estime qu'il faut désormais réguler l'offre commerciale et les enseignes au regard de ce qui se fait déjà à Maastricht, "où la ville est propriétaire de 40% du foncier", explique Mme Targnion. La Ville espère donc proposer des espaces locatifs à des tarifs intéressants pouvant générer un attrait pour d'autres investisseurs et ainsi permettre une augmentation progressive des loyers grâce aux développements ultérieurs dus aux enseignes. "La Ville bénéficiera de rentrées supérieures de 150.000 euros par rapport au remboursement de l'emprunt consécutif au rachat. Nous ne perdons pas d'argent dans cette opération", rassure la bourgmestre. La majorité continuera à développer des projets commerciaux au rez-de-chaussée et au premier étage mais se tâte encore quant aux affectations des étages. C'est pour cette raison que le MR, qui portait encore récemment le projet, s'est abstenu vu l'absence de vision commerciale pour le centre-ville de la part de la nouvelle majorité. Le MR éprouve aussi de vives inquiétudes pour l'atterrissage du centre commercial les Rives de Vesdre.