"Le moteur de la reprise est la recherche de bureaux durables, disposant de services aux occupants et adaptés à la combinaison entre le travail à domicile et le travail au bureau, comme les immeubles Quatuor, Manhattan ou Multi, explique Pierre-Paul Verelst, head of research chez JLL. Les nouveaux projets répondent à ces critères et se louent assez facilement."

Plusieurs transactions sont en discussion avancées au quartier Nord, ce qui devrait permettre de se rapprocher de la moyenne annuelle de ces 10 dernières années (389.000 m2). Deux deals de la Régie des bâtiments sont particulièrement visés.

Comme prévu, l'afflux de projets neufs spéculatifs, surtout au quartier Nord, fait grimper la vacance locative. Elle passe à 8,3%. "En raison de l'engouement pour les projets 'verts', nous pensons que la hausse n'est que temporaire", relève Pierre-Paul Verelst.

Rayon investissement, la reprise est également présente. "Nous observons une demande croissante dans les capitales européennes pour des gros volumes en immeubles de bureaux durables, de préférence avec la meilleure certification BREEAM ou autres", explique Adrian Glatt, head of capital markets BeLux chez JLL. La vente des immeubles Commerce 46 à Allianz ou PwC Campus à un fond saoudien en sont deux exemples. Le volume d'investissement à Bruxelles s'élève à 1,4 milliard d'euros, soit un recul de 51% par rapport à une année 2020 exceptionnelle.

"Le moteur de la reprise est la recherche de bureaux durables, disposant de services aux occupants et adaptés à la combinaison entre le travail à domicile et le travail au bureau, comme les immeubles Quatuor, Manhattan ou Multi, explique Pierre-Paul Verelst, head of research chez JLL. Les nouveaux projets répondent à ces critères et se louent assez facilement." Plusieurs transactions sont en discussion avancées au quartier Nord, ce qui devrait permettre de se rapprocher de la moyenne annuelle de ces 10 dernières années (389.000 m2). Deux deals de la Régie des bâtiments sont particulièrement visés. Comme prévu, l'afflux de projets neufs spéculatifs, surtout au quartier Nord, fait grimper la vacance locative. Elle passe à 8,3%. "En raison de l'engouement pour les projets 'verts', nous pensons que la hausse n'est que temporaire", relève Pierre-Paul Verelst. Rayon investissement, la reprise est également présente. "Nous observons une demande croissante dans les capitales européennes pour des gros volumes en immeubles de bureaux durables, de préférence avec la meilleure certification BREEAM ou autres", explique Adrian Glatt, head of capital markets BeLux chez JLL. La vente des immeubles Commerce 46 à Allianz ou PwC Campus à un fond saoudien en sont deux exemples. Le volume d'investissement à Bruxelles s'élève à 1,4 milliard d'euros, soit un recul de 51% par rapport à une année 2020 exceptionnelle.