L'an dernier, 367 MWc supplémentaires ont été installés en Belgique dont 133 en Wallonie. Durant le premier semestre, le marché wallon a été dynamisé par l'annonce de la fin de la prime Qualiwatt, selon Apere, l'association de promotion des énergies renouvelables. La puissance photovoltaïque belge atteint désormais 4.255 MWc et couvre 4% de la couverture électrique.

Pour Edora, la Wallonie doit tirer parti de la baisse du coût des installations pour faire du photovoltaïque un "véritable pivot" de la transition énergétique. "Pour y parvenir, il faudra d'une part, développer le rôle des communautés d'énergie renouvelables pour favoriser l'autoconsommation collective (rapprocher la consommation d'énergie renouvelable de sa production), et d'autre part, encadrer le phasing-out du compteur qui tourne à l'envers (obligation européenne d'ici 2023), afin de valoriser au mieux l'électricité produite, via le stockage et l'électro-mobilité ou encore le rachat sur le réseau", estime Edora.

"La situation conjoncturelle favorable de la Wallonie et de Bruxelles en 2018 a permis une belle progression de la capacité installée. L'enjeu est maintenant de pérenniser cette dynamique via la mise en place d'un cadre photovoltaïque efficace et ambitieux, répondant aux enjeux climatiques", lance Edora aux futures autorités qui émaneront des prochaines élections.

Le secteur photovoltaïque rappelle aux autorités les risques liés aux effets d'annonce, tout particulièrement pour le marché résidentiel. "La bulle photovoltaïque actuelle dans le secteur résidentiel, liée à l'annonce de l'exonération du tarif prosumer (pour toute installation mise en service avant le 1er juillet 2019) pourrait entraver un développement de qualité de la filière sur le moyen et long terme", précise encore Edora.

L'an dernier, 367 MWc supplémentaires ont été installés en Belgique dont 133 en Wallonie. Durant le premier semestre, le marché wallon a été dynamisé par l'annonce de la fin de la prime Qualiwatt, selon Apere, l'association de promotion des énergies renouvelables. La puissance photovoltaïque belge atteint désormais 4.255 MWc et couvre 4% de la couverture électrique. Pour Edora, la Wallonie doit tirer parti de la baisse du coût des installations pour faire du photovoltaïque un "véritable pivot" de la transition énergétique. "Pour y parvenir, il faudra d'une part, développer le rôle des communautés d'énergie renouvelables pour favoriser l'autoconsommation collective (rapprocher la consommation d'énergie renouvelable de sa production), et d'autre part, encadrer le phasing-out du compteur qui tourne à l'envers (obligation européenne d'ici 2023), afin de valoriser au mieux l'électricité produite, via le stockage et l'électro-mobilité ou encore le rachat sur le réseau", estime Edora. "La situation conjoncturelle favorable de la Wallonie et de Bruxelles en 2018 a permis une belle progression de la capacité installée. L'enjeu est maintenant de pérenniser cette dynamique via la mise en place d'un cadre photovoltaïque efficace et ambitieux, répondant aux enjeux climatiques", lance Edora aux futures autorités qui émaneront des prochaines élections. Le secteur photovoltaïque rappelle aux autorités les risques liés aux effets d'annonce, tout particulièrement pour le marché résidentiel. "La bulle photovoltaïque actuelle dans le secteur résidentiel, liée à l'annonce de l'exonération du tarif prosumer (pour toute installation mise en service avant le 1er juillet 2019) pourrait entraver un développement de qualité de la filière sur le moyen et long terme", précise encore Edora.