La Région de Bruxelles-Capitale "déclare la guerre" au succès d'Airbnb : l'Europe adresse une lettre de mise en demeure à la Belgique

25/01/19 à 16:50 - Mise à jour à 17:02

La Commission européenne estime que la Région de Bruxelles-Capitale a pris des mesures "disproportionnées" concernant les propriétaires bruxellois souhaitant louer leurs logements à des touristes. L'Europe met en demeure Bruxelles de corriger les exigences générales que la Région applique aux prestataires de services d'hébergement touristique.

La Région de Bruxelles-Capitale "déclare la guerre" au succès d'Airbnb : l'Europe adresse une lettre de mise en demeure à la Belgique

© Belgaimage

Les règles imposées par la Région de Bruxelles-Capitale aux logements chez l'habitant (tous les bed&breakfast et autres, pas seulement Airbnb) sont jugées beaucoup trop importantes par l'exécutif européen.

"C'est Bruxelles contre Bruxelles", comme le résume Les Echos. La Commission européenne a en effet envoyé une lettre de mise en demeure en dénonçant les procédures d'autorisation bien trop complexes mises en place par la Région de Bruxelles-Capitale.

La Belgique a deux mois pour réagir

"L'exécutif européen les juge contraires à la directive sur les services et aux règles sur la libre prestation de service inscrites dans le Traité de Rome. La Belgique a deux mois pour répondre. Une telle mise en demeure est la première étape d'une longue démarche qui peut déboucher sur des amendes", précise le journal français sur son site web.

C'est principalement le cas d'Airbnb qui pose problème, rappelle Les Echos. La plate-forme en ligne, qui permet aux touristes de louer le logement d'un particulier le temps d'un séjour, est clairement dans le viseur de la capitale. "Sous la pression de ses hôteliers, Bruxelles est partie en guerre contre le géant américain et les autres services du même acabit issu de la nouvelle économie", écrit Les Echos. Bruxelles n'est pas la seule ville à entamer ce genre de démarches, d'autres capitales européennes se positionnent également dans la même lignée.

Une longue liste de règles pour les particuliers

Concrètement, la région bruxelloise a établi une longue liste de règles à respecter pour tout particulier qui souhaiterait mettre en location son bien via une plateforme telle qu'Airbnb. Du côté des particuliers, on dénonce la volonté de la région d'enrayer la dynamique.

Bruxelles plus sévère que la Wallonie et la Flandre

Par ailleurs, la Commission pointe aussi le fait que Bruxelles est nettement plus tatillon que la Wallonie et la Flandre. En clair, à Bruxelles, "les mêmes règles s'appliquent aux grands hôtels, aux petits ''bed and breakfast'' et à la location de chambre chez un particulier", analysent les Echos, citant des experts de la Commission.

Le journal français note encore qu'une recherche de logements à Bruxelles sur Airbnb faisait apparaître bien moins d'offres (plus de 300) que l'ensemble des logements en réalité proposés (environ 7.000) sur la plate-forme à Bruxelles et ses alentours.

De son côté, Airbnb voit l'action de la Commission européenne comme une bonne nouvelle. "Les hôtes Airbnb de Bruxelles sont confrontés à des processus administratifs inextricables et totalement inadaptés", a conclu l'entreprise américaine dans un communiqué.

Newsletter

Tous les jours, une sélection des news économiques les plus importantes.

Nos partenaires