L'" appartementisation " du marché belge du logement se poursuit inexorablement. Depuis 2003, les permis délivrés pour de nouveaux flats sont systématiquement plus nombreux que ceux relatifs aux habitations unifamiliales. Le fossé s'est creusé encore un peu plus ces cinq dernières années. En 2018, les appartements représentaient 61% des unités de logement ayant fait l'objet d'un permis de bâtir, d'après les chiffres de Statbel. Plus de résidents et de propriétaires d'appartements signifie aussi plus de Belges confrontés à la loi sur la copropriété, la fameuse loi qui réglemente la gestion des parties communes (toit, escaliers, ascenseur, etc.). Cette loi a subi un sérieux lifting en début d'année. La prise de décisions par l'association des copropriétaires s'en trouve facilitée. La loi réformée a également pour but d'optimiser l'efficacité au sein des associations de copropriétaires et d'assurer une plus grande transparence ( lire l'encadré " La réforme en quelques lignes " plus bas).
...