Cette baisse s'appliquerait sur la première tranche de 60.000 euros lors de la construction ou de l'achat d'une nouvelle construction pour son propre usage ou comme investissement, avec une surface maximale de 190 m2 (pour une maison) et 100 m2 pour un appartement. "Une variante de cette mesure a déjà été introduite en 2008 durant la crise financière et a permis que notre pays ne s'enfonce pas trop lourdement dans la crise. Ce n'est pas étonnant car quand la construction va, tout va", souligne l'organisation sectorielle dans un communiqué.

Il s'agirait d'une des mesures-phares d'un plan de relance plus vaste réclamé par la Confédération Construction. "Après les mesures de continuité fédérales - qui ont été très appréciées -, nous avons besoin d'un plan de relance fédéral fort, mais les décideurs politiques ne semblent pas encore convaincus", estime-t-elle.

"Dans la construction, un secteur qui se compose presque exclusivement d'entreprises belges et de travailleurs locaux, la relance doit passer par la rénovation énergétique, la démolition-reconstruction, les travaux publics, les investissements générateurs d'activité et les nouvelles constructions", suggère encore la Confédération Construction, soulignant que ce dernier marché est en grande difficulté. "Le nombre de nouveaux logements a diminué de moitié depuis mars, un coup dur inattendu."

Cette baisse s'appliquerait sur la première tranche de 60.000 euros lors de la construction ou de l'achat d'une nouvelle construction pour son propre usage ou comme investissement, avec une surface maximale de 190 m2 (pour une maison) et 100 m2 pour un appartement. "Une variante de cette mesure a déjà été introduite en 2008 durant la crise financière et a permis que notre pays ne s'enfonce pas trop lourdement dans la crise. Ce n'est pas étonnant car quand la construction va, tout va", souligne l'organisation sectorielle dans un communiqué. Il s'agirait d'une des mesures-phares d'un plan de relance plus vaste réclamé par la Confédération Construction. "Après les mesures de continuité fédérales - qui ont été très appréciées -, nous avons besoin d'un plan de relance fédéral fort, mais les décideurs politiques ne semblent pas encore convaincus", estime-t-elle. "Dans la construction, un secteur qui se compose presque exclusivement d'entreprises belges et de travailleurs locaux, la relance doit passer par la rénovation énergétique, la démolition-reconstruction, les travaux publics, les investissements générateurs d'activité et les nouvelles constructions", suggère encore la Confédération Construction, soulignant que ce dernier marché est en grande difficulté. "Le nombre de nouveaux logements a diminué de moitié depuis mars, un coup dur inattendu."