...

Début d'année, la proptech Masteos, active dans une vingtaine de villes françaises, débarquait en Belgique. Depuis lors, elle a réalisé une trentaine de ventes, à Bruxelles, Liège et Charleroi. "Un chiffre en ligne avec nos premiers objectifs", se réjouit Olivier Connan, country manager pour la Belgique. La jeune société mise sur l'expérience-client ou disons plutôt - pour être correct - sur l'expérience-investisseur. "Notre but est de prendre sur nos épaules une grande partie du stress lié à l'investissement immobilier, poursuit le responsable. Nous accompagnons les investisseurs de A à Z, du choix de leur investissement à la gestion locative, en passant par la réalisation des travaux de rénovation et l'ameublement."Masteos offre l'accompagnement que le client souhaite, en général jusqu'à la mise en location. "Mais s'il ne souhaite pas s'engager dans tout le processus, pas de souci, assure Olivier Connan. Nous assurons la chasse de biens et accompagnons l'investisseur jusqu'à la fin de la transaction. Après s'il veut faire les travaux sans Masteos, parce qu'il a son propre corps de métier, son propre architecte, aucun problème. Idem pour la gestion locative."Qui dit proptech, dit numérique... Chaque investisseur peut suivre l'ensemble de son projet depuis une application, sans jamais avoir à visiter un bien, gérer un chantier, ou rencontrer des locataires. Tout peut se passer virtuellement par application mais, bien évidemment, Masteos ne se passe pas pour autant de contacts réels. "Lors d'un premier rendez-vous avec un conseiller, le client discute de son projet, de ses capacités d'emprunt et de sa stratégie d'investissement, précise le country manager. En fonction de tous ces critères, nous activons nos chasseurs de biens pour mener les recherches par typologie d'investissements. Nous alimentons l'application avec des biens qui correspondent aux critères de recherche des clients, l'idée est qu'ils se positionnent sur les projets qui les intéressent via l'appli.""Nous nous voyons comme des accompagnateurs, des coachs, insiste Olivier Connan. Le client dispose d'un référent tout au long du projet. Au fur et à mesure des étapes, le référent change. Après le conseiller, vient le gestionnaire des travaux, ensuite le gestionnaire locatif. L'idée est de nouer une relation de confiance car de gros investissements sont en jeu." De l'ordre de 200.000 à 300.000 euros bien souvent. Il s'agit en général de petites maisons de rapport ou d'appartements sur Liège et Charleroi, de studios à Bruxelles. "Nous avons bouclé quelques projets sur Bruxelles de l'ordre du million mais ce n'est pas la majorité ." Masteos n'a pas de ticket d'entrée et travaille avec tous types de budgets. "Nous ne limitons pas nos recherches à des investissements au-dessus de 500.000 euros par exemple, comme certains le font dans le domaine de la chasse de biens."La proptech présente à l'investisseur une stratégie de mise en location. Pour certains biens, elle proposera de la location classique ou de la colocation, pour d'autres ce sera plutôt du meublé ou de la location nue, en fonction de ce qui se prête le mieux à la localisation du bien et à la stratégie d'investissement. "Nous proposons une simulation financière complète qui tient compte de tous les frais (budget des travaux, frais de notaire et frais de Masteos), des loyers, des charges, etc. afin de soumettre une rentabilité brute et nette qui est vraiment réaliste, qui est fonction de la manière dont le bien va être rénové et optimisé pour en faire une bonne gestion locative", indique Olivier Connan. Question rentabilité, ce sera au minimum 3% net pour Bruxelles et des rendements plus importants pour Liège et Charleroi. Les trois villes sur lesquelles Masteos est active actuellement. "L'ambition est de développer la partie sud du pays dans un premier temps, et de pouvoir rapidement offrir nos services à des investisseurs flamands, d'être prêts au niveau linguistique, explique encore le responsable de Masteos Belgique. Nous allons progressivement développer tout cela et quand nous serons prêts, nous nous tournerons vers la Flandre et ses villes étudiantes telles que Gand, Anvers, Louvain, Hasselt." Au deuxième semestre 2023 vraisemblablement. "Nous optons pour une stratégie progressive et ouvrons une ville après l'autre." Si Masteos travaille sur le digital, elle travaille aussi beaucoup sur sa présence locale. Dans chaque ville est mis en place tout un écosystème (architecte à disposition, entrepreneurs locaux, etc.). "Nous tissons un tissu de partenariat local, de manière à avoir une présence légitime. Ça prend un petit peu de temps", conclut Olivier Connan.