Ruée vers la mer du Nord: quelle destination choisir?
...

Avec un prix médian de 502.000 euros, Knokke conserve son titre de station balnéaire la plus onéreuse sur le marché des appartements en ce premier trimestre de l'année, selon le baromètre des notaires. La hausse est de 2,5% par rapport à avril 2020. Sur 10 ans, les prix ont bonifié de 19,5%. L'an dernier, un appartement sur la digue knokkoise se négociait autour des 735.000 euros. Le prix des maisons, quant à lui, a grossi de 4,8% pour se fixer à 650.000 euros. "Le marché est en pleine expansion, confie Mathias Dewulf, d'Immo Francois. La hausse percole même à Heist, autrefois boudé par le secteur immobilier. Aujourd'hui, les maisons s'y vendent plus vite qu'à Knokke." A Heist-aan-Zee, le nombre de transactions a augmenté de 75% comparé à l'an dernier (de 30% à Knokke). Le prix médian des appartements a forci de 6,9% jusqu'à 310.000 euros par rapport à l'année précédente. Les prix se sont toutefois stabilisés ces trois derniers mois. Ceux actuellement pratiqués sur la digue n'ont pas été communiqués. L'an dernier, le prix médian s'élevait à 437.500 euros. Pour une maison, comptez 410.000 euros (+ 6,5%)."Les résidents âgés vendent leur maison surannée à un bon prix et rachètent un appartement confortable à l'intérieur du pays ou dans une autre station balnéaire, indique Mathias Dewulf. Le néo-propriétaire fait ensuite rénover entièrement sa nouvelle résidence secondaire. Certains particuliers font parfois de même. J'ai récemment vendu plus d'un million d'euros une maison mitoyenne dans le vieux Knokke. Le vendeur qui l'avait acquise 400.000 euros a confié sa rénovation complète à un entrepreneur. Il a ainsi réalisé un plantureux bénéfice." Knokke devient impayable pour les habitants de souche. "Il est quasi impossible pour une famille 'normale' d'acheter ou même de louer une habitation de qualité, explique Mathias Dewulf. La société immobilière communale a développé le projet Heulebrug qui s'adresse aux revenus plus modestes mais il faut un demi-million au moins. L'offre est nettement insuffisante. Vendeurs et acheteurs sont en contact avant même l'annonce de la mise en vente de la maison. Dans ces conditions, on demande le prix qu'on veut. On ne négocie pour ainsi dire pas." "La hausse des prix nominale concerne l'ensemble du marché mais c'est le segment le plus cher qui enregistre le plus de transactions", indique pour sa part Alex Dewulf, gérant de l'agence éponyme (aucun lien de parenté avec son collègue susnommé). Il anticipe de nouvelles augmentations dans le segment supérieur sur la digue de Knokke et du Zoute. "L'activité ralentit légèrement depuis un mois environ. Si vous vouliez en profiter cet été, vous auriez dû déjà acheter. L'offre est vraiment restreinte sur le marché." Les chiffres relatifs aux nouveaux appartements, publiés par le bureau d'études de Crombrugghe & Partners, concernent l'ensemble de Knokke-Heist. Difficile donc d'en tirer des conclusions pour chaque commune soeur. Le prix médian est évidemment le plus élevé de la côte: 6.175 euros/m2, soit un enchérissement de 5,6% en un an. Knokke-Heist est après Ostende le marché le plus actif pour les promoteurs.