Lors d'une vente immobilière, prendre son temps pour obtenir le prix maximum n'est pas un bon calcul. Les meilleures offres arrivent au début du processus de vente. Attendre peut vous faire perdre beaucoup d'argent, de 10 à 20% par rapport au prix auquel vous auriez vendu au départ.
...

Lors d'une vente immobilière, prendre son temps pour obtenir le prix maximum n'est pas un bon calcul. Les meilleures offres arrivent au début du processus de vente. Attendre peut vous faire perdre beaucoup d'argent, de 10 à 20% par rapport au prix auquel vous auriez vendu au départ. Nonante-quatre pour cent des biens se vendent par internet. Chaque nouvelle annonce publiée sur la toile touche immédiatement un grand nombre d'acheteurs potentiels. Les filtres permettent de sélectionner les biens qui correspondent à des critères précis en quelques clics. L'offre est vaste et tout se passe très vite. Bon nombre de candidats acheteurs s'inscrivent pour recevoir des alertes. Lorsqu'un bien correspondant à leurs critères arrive sur le marché, ils sont avertis en temps et en heure. L'époque où il fallait attendre deux ou trois mois pour qu'un bien se vende est révolue! Le pic de visibilité est atteint en deux à trois semaines. Ensuite, le nombre de vues de votre annonce diminue. Dans un marché tendu comme c'est le cas à l'heure actuelle, il n'est pas rare de voir une vente aboutir en un ou deux jours. C'est une vraie course contre la montre qui s'engage, pour l'acheteur mais aussi pour le vendeur. Dès sa publication, votre bien apparaît dans les premiers résultats de recherche. C'est à ce moment que vous pouvez espérer obtenir le meilleur prix. Tout se joue dès les premières semaines, voire les premiers jours! Les candidats acheteurs se bousculent. Ils savent que la concurrence est rude et qu'il faut être rapide. Ils ne veulent pas rater cette opportunité. C'est à cet instant qu'ils sont prêts à payer le prix le plus élevé. Mais attention, cela ne dure pas! Le lendemain, de nouvelles alertes arriveront dans la boîte mail de ces internautes recherchant activement un bien. Dès la publication de votre annonce, soyez donc sur le qui-vive et disponible pour un rendez-vous. Car les amateurs qui se manifesteront par la suite seront moins disposés à payer une somme élevée. Un bien déjà vu ne suscite plus le même engouement. Les candidats acquéreurs se méfient des annonces qui restent en ligne pendant plusieurs semaines. Ils se disent que le bien serait déjà vendu s'il était intéressant. Ils peuvent même aller jusqu'à imaginer des vices cachés. Moins séduisant aux yeux des acheteurs, votre logement finira peut-être par trouver preneur, mais à quel prix? Probablement pas celui escompté. Tout n'est pas perdu pour autant! Il est possible de donner une seconde chance à votre annonce. Comment? Tout simplement en rejouant sur l'effet de nouveauté. Réapparaître sous un nouvel angle vous permettra d'attirer de nouveaux acquéreurs potentiels. Prenez le temps de revoir votre annonce. N'hésitez pas à modifier le titre, l'accroche et la description. Ajoutez de nouvelles photos. Et n'oubliez pas d'adapter le prix! Les anciens aspirants auront pour la plupart déjà acheté depuis. Même s'ils reconnaissent votre bien, ils le découvriront sous un autre jour. Qui sait, peut-être reverront-ils leur jugement? Dans tous les cas, ils apprécieront vos efforts pour valoriser votre logement. Cette fois, ne commettez pas la même erreur. Ne rejetez pas les premières offres, même si vous les trouvez trop basses. N'oubliez pas, la probabilité de faire grimper les offres est plus forte au début. En attendant trop longtemps, vous risquez donc de perdre de 10 à 20% par rapport au prix auquel vous auriez initialement vendu. Pour un bien de 500.000 euros, cela fait tout de même de 50.000 à 100.000 euros de perte. Une somme non négligeable! Presqu'incroyable...