Aussi surprenant que cela puisse paraître, les banques belges octroient trop facilement des prêts hypothécaires... Si a priori, ce n'est pas l'image que le grand public a de l'attitude générale des banques, c'est pourtant la vérité. Aujourd'hui, c'est Mario Draghi lui-même qui le dit : à cause de sa trop grande facilité à accorder des prêts hypothécaires, la Belgique figure, avec 5 autres pays, dont le Luxembourg et les Pays-Bas, parmi les pays qui pourraient faire prendre un risque financier à la zone euro. Quand Mario Draghi dit ce genre de choses, tout le monde l'écoute, car c'est le président de la banque centrale européenne, et la banque qu'il préside impose ses directives à votre banque et à la mienne en Belgique.

Ce que reproche Mario Draghi à la Belgique, c'est que l'endettement des Belges devient trop important. Entre 2009 et 2018, notre taux d'endettement global est passé de 52% du PIB (c'est-à-dire de notre richesse nationale) à 61% ; c'est trop ! Mario Draghi estime donc que c'est à cause de la politique laxiste des banques commerciales belges. En gros, comme les taux d'intérêt sont bas, et comme il y a une forte concurrence pour les crédits hypothécaires, les banques belges sont accusées à demi-mot d'avoir été trop généreuses dans l'octroi de ces crédits hypothécaires. D'ailleurs, pas plus tard que le 5 septembre dernier, la banque nationale de Belgique a averti nos banques commerciales comme quoi elle allait encore plus les surveiller et que si rien ne change, alors elle imposera de nouvelles règles.

En clair, tout cela veut dire quoi ? Il sera plus difficile dans les mois à venir d'obtenir un prêt hypothécaire si nous ne mettons pas au moins une mise de fonds personnelle de 20% par exemple. Cela veut dire aussi que les personnes qui achètent plusieurs appartements pour les louer seront scrutées de plus près encore, car la Banque nationale de Belgique et la Banque centrale européenne veulent vérifier que ces personnes ne sont pas trop endettées pour s'acheter ces appartements. Bref, même si votre gérant d'agence vous apprécie et défend votre dossier, il est possible que demain il ne pourra plus le faire aussi facilement.

C'est vrai, toutes ces nouvelles contraintes arrivent durant une période où les crédits non remboursés ne représentent pourtant que 0,9% de l'ensemble des contrats hypothécaires. C'est historiquement assez bas, mais les contrôleurs de nos banques sont payés pour imaginer le pire... Et c'est ce qu'ils font en ce moment, en fait, leur rôle est moins de nous empêcher d'acheter le bien immobilier de nos rêves que d'éviter que nos banques ne se mettent en danger ! N'oublions pas qu'en 2009, c'est le contribuable belge et européen qui a renfloué les caisses de plusieurs banques moribondes. Au fond, c'est l'histoire de Jean qui pleure et Jean qui rit mais version crédit hypothécaire !