Au stade actuel des discussions, deux mécanismes de calcul sont sur la table des ministres bruxellois. Ils sont soumis à l'analyse des différents cabinets pour affiner les vérifications avant de revenir à la table du conseil des ministres la semaine prochaine, a-t-on appris à l'issue de la réunion de jeudi.

La secrétaire d'État au Logement avait déposé il y a deux semaines sur la table du gouvernement bruxellois une proposition visant à plafonner l'indexation des loyers à 2% en 2022 et au cours des années suivantes, pour réduire l'impact de la hausse des prix du gaz et de l'électricité sur les ménages.

Le gouvernement dispose, depuis la semaine dernière, d'un avis juridique sur cette proposition.

En cas d'adoption, la mesure s'appliquera aux logements privés et publics, à l'exception de ceux du logement social où les plafonds sont fixés à 20, 22, et 24% des revenus du ménage, avait indiqué Nawal Ben Hamou il y a quelques jours.

Au stade actuel des discussions, deux mécanismes de calcul sont sur la table des ministres bruxellois. Ils sont soumis à l'analyse des différents cabinets pour affiner les vérifications avant de revenir à la table du conseil des ministres la semaine prochaine, a-t-on appris à l'issue de la réunion de jeudi. La secrétaire d'État au Logement avait déposé il y a deux semaines sur la table du gouvernement bruxellois une proposition visant à plafonner l'indexation des loyers à 2% en 2022 et au cours des années suivantes, pour réduire l'impact de la hausse des prix du gaz et de l'électricité sur les ménages. Le gouvernement dispose, depuis la semaine dernière, d'un avis juridique sur cette proposition. En cas d'adoption, la mesure s'appliquera aux logements privés et publics, à l'exception de ceux du logement social où les plafonds sont fixés à 20, 22, et 24% des revenus du ménage, avait indiqué Nawal Ben Hamou il y a quelques jours.