A Blankenberge, le prix des appartements a encaissé une décote de 10,7% l'an dernier pour s'établir à 175.000 euros, selon les chiffres de la Fédération des notaires. Et ce, après des chiffres record en 2017. La localité redevient ainsi la commune la moins chère de la côte dans ce segment (ex aequo avec La Panne et Middelkerke). Sur la digue, les appartements ont souffert plus encore : - 14,2% à 214.500 euros.
...

A Blankenberge, le prix des appartements a encaissé une décote de 10,7% l'an dernier pour s'établir à 175.000 euros, selon les chiffres de la Fédération des notaires. Et ce, après des chiffres record en 2017. La localité redevient ainsi la commune la moins chère de la côte dans ce segment (ex aequo avec La Panne et Middelkerke). Sur la digue, les appartements ont souffert plus encore : - 14,2% à 214.500 euros. " De nombreux immeubles vétustes en front de mer sont en vente, d'où la pression sur les prix, explique Bart Vandemoortele de l'agence Immo Marina. Outre la digue, Blankenberge possède un second emplacement d'exception : le port de plaisance. Les appartements offrent une vue magnifique sur le port et les polders, à quelques minutes à pied de la mer. Ils jouissent en outre d'un ensoleillement optimal, contrairement aux appartements sur la digue. Les prix au port de plaisance sont parfois supérieurs à ceux de la digue. " Le courtier relativise la baisse de prix générale des appartements. " Le prix, c'est une chose, dit-il. Il y a plus important : les activités reprennent sur le marché. La machine est lancée. " Les nouveaux appartements poussent comme des champignons depuis cinq ans. " De nombreux propriétaires, aveuglés par les prix exorbitants d'avant la crise, n'arrivaient pas à réaliser la plus-value tant espérée. Les promoteurs, quant à eux, attendaient calmement. Les propriétaires ont bien essayé de louer leur bien vieillissant mais se heurtaient aux normes très strictes en matière de location. Le taux d'inoccupation devenait préoccupant dans certains quartiers. Les propriétaires n'avaient plus le choix : ils devaient vendre. Les promoteurs ont sauté sur l'occasion et la construction a repris. " Après une longue période de stagnation, le prix du bâti neuf a fini par progresser en 2018, de 6,6% à 3.250 euros/m2. " Du fait notamment de la meilleure qualité de l'offre, explique Bart Vandemoortele. Les appartements de qualité faisaient cruellement défaut à Blankenberge jusqu'à il y a peu. Heureusement, des projets comme The One ont redoré le blason de la commune. " The One - 90 appartements avec vue sur mer, sur les polders et les dunes - est relativement unique. Un appartement avec vue sur mer et une vaste terrasse à l'étage supérieur appartiennent à la communauté des copropriétaires et sont à leur disposition au prix coûtant (frais de nettoyage). " Tous les propriétaires ont la possibilité d'y organiser une fête pour leur famille ou leurs amis ", explique Dirk Van Tornhaut, gérant de VT Invest. Le prix d'entrée se monte à 2.900 euros/m2. " Blankenberge a le vent en poupe ", lance Peter Taffeiren, numéro un de POC Partners qui développe les projets De Schover (10 appartements) au port de plaisance et La Rivièra (10 étages, 30 mètres de large) en front de mer. " La réputation a longtemps été ternie par le flot de vacanciers arrivés en train du fin fond de la Flandre. Mais Blankenberge est devenue une station très dynamique aux atouts indéniables comme le Pier, l'estacade et le port de plaisance. Une campagne de marketing serait la bienvenue. Blankenberge attire des acheteurs disposant d'un budget jusqu'à un million d'euros. " Dans le centre apparaissent des immeubles de trois à six appartements. " Une plaine de jeux pour les petits promoteurs, constate Bart Vandemoortele. Ils développent des appartements à prix raisonnable pour les résidents permanents de Blankenberge. Les appartements de 80 à 90 m2 sont disponibles à partir de 175.000 à 200.000 euros. " Les habitations se négocient au prix médian de 225.000 euros (- 4,3%). L'offre est vraiment minime à Blankenberge même. Idem dans l'arrière-pays de Zuienkerke où les transactions ne sont pas plus nombreuses. " A Zuienkerke, il n'y a pour ainsi dire pas de secondes résidences. Seuls les locaux se portent acquéreurs ", explique Bart Vandemoortele.