Par rapport à la même période en 2019, le nombre de transactions immobilières a chuté de -7,9% (-10% en Flandre, -0,7% à Bruxelles et -5,4% en Wallonie) entre le 1er janvier et le 29 mars.

"Les mesures de confinement imposées à partir de mi-mars ont eu un impact immédiat sur le marché immobilier et dans les études notariales. Les études continuent à travailler essentiellement à distance et de la sorte à traiter les dossiers qui rentrent. Si les transactions ne sont pas à l'arrêt, il faut bien constater que le contraste est saisissant", explique le notaire Renaud Grégoire.

En comparaison avec la même semaine l'an passé, la semaine du 16 mars a connu une baisse de -27,1% du nombre de transactions immobilières. Pour la semaine du 23 mars, cette baisse s'élève même à -39,3%.

"Il est probable que dans les 15 jours à venir cette baisse d'activité dépassera les 50% par rapport à 2019", estime Renaud Grégoire.

Avant l'annonce des mesures de confinement du 18 mars, la Flandre connaissait déjà une baisse de l'activité de -3,3% par rapport à la même période l'an dernier, alors que la Wallonie voyait son activité immobilière augmenter de +3,1% et Bruxelles connaissait une hausse de +8,3%.

Enfin, pour la première fois depuis 2015, le prix moyen d'une maison en Belgique diminue légèrement (-0,4%) lors du premier trimestre 2020, s'élevant désormais à 261.068 euros. Le prix moyen d'un appartement continue lui d'augmenter, à 241.328 euros, avec une augmentation de +5,6%, soit sa hausse la plus forte depuis 10 ans.

Par rapport à la même période en 2019, le nombre de transactions immobilières a chuté de -7,9% (-10% en Flandre, -0,7% à Bruxelles et -5,4% en Wallonie) entre le 1er janvier et le 29 mars. "Les mesures de confinement imposées à partir de mi-mars ont eu un impact immédiat sur le marché immobilier et dans les études notariales. Les études continuent à travailler essentiellement à distance et de la sorte à traiter les dossiers qui rentrent. Si les transactions ne sont pas à l'arrêt, il faut bien constater que le contraste est saisissant", explique le notaire Renaud Grégoire. En comparaison avec la même semaine l'an passé, la semaine du 16 mars a connu une baisse de -27,1% du nombre de transactions immobilières. Pour la semaine du 23 mars, cette baisse s'élève même à -39,3%. "Il est probable que dans les 15 jours à venir cette baisse d'activité dépassera les 50% par rapport à 2019", estime Renaud Grégoire. Avant l'annonce des mesures de confinement du 18 mars, la Flandre connaissait déjà une baisse de l'activité de -3,3% par rapport à la même période l'an dernier, alors que la Wallonie voyait son activité immobilière augmenter de +3,1% et Bruxelles connaissait une hausse de +8,3%. Enfin, pour la première fois depuis 2015, le prix moyen d'une maison en Belgique diminue légèrement (-0,4%) lors du premier trimestre 2020, s'élevant désormais à 261.068 euros. Le prix moyen d'un appartement continue lui d'augmenter, à 241.328 euros, avec une augmentation de +5,6%, soit sa hausse la plus forte depuis 10 ans.