Si l'emplacement est le critère de choix n°1 dans un achat immobilier, vous devez prioriser une résidence secondaire proche d'un aéroport ou d'une gare ; ou tenir compte des bouchons si vous achetez en Belgique. Par ailleurs, l'idéal est de choisir un lieu attractif, hiver comme été. Les lieux de villégiature sont parfois déserts hors saison. Et si vous souhaitez privilégier la campagne, soyez attentif à l'environnement afin de garder une certaine tranquillité. Pensez au chant du coq à la ferme, par exemple.
...

Si l'emplacement est le critère de choix n°1 dans un achat immobilier, vous devez prioriser une résidence secondaire proche d'un aéroport ou d'une gare ; ou tenir compte des bouchons si vous achetez en Belgique. Par ailleurs, l'idéal est de choisir un lieu attractif, hiver comme été. Les lieux de villégiature sont parfois déserts hors saison. Et si vous souhaitez privilégier la campagne, soyez attentif à l'environnement afin de garder une certaine tranquillité. Pensez au chant du coq à la ferme, par exemple. Il arrive fréquemment que l'on surestime sa capacité à occuper sa seconde résidence. Dans les premiers temps, vos proches et vous-mêmes envisagerez de faire des allers-retours régulièrement dans l'année. Mais passé l'engouement des débuts, le soufflé retombe. Il est préférable de faire le test en louant d'abord une résidence secondaire avant d'en acheter une. Finalement, combien de jours avez-vous réussi à y aller? Que se passe-t-il pendant les périodes d'inoccupation des lieux? Bien souvent, les heureux propriétaires pensent louer aisément leur bien. Avec l'aide des proches et des réseaux sociaux, trouver un locataire semble facile. Dans la pratique, cela se révèle plus complexe. De plus, un bien mis en location doit disposer des meilleures conditions pour attirer l'oeil. Cela passe par du mobilier neuf - et pas de récupération - et une décoration d'intérieur très moderne. L'achat d'une seconde résidence signifie également s'occuper de la maintenance. A moins de faire appel à un professionnel, vous devrez vous charger de l'entretien du bien. Réparations, jardinage, grand ménage, etc. C'est un investissement en termes de temps, d'argent et d'énergie qui empiète sur votre séjour. Sans compter que si personne n'est sur place, cela peut être sujet à de nombreux problèmes. Après l'achat de votre résidence secondaire, il faut penser à toutes les formalités. Ouverture de comptes pour internet et électricité, gestion des assurances et des taxes, ou encore démarches pour commencer des travaux. Si votre habitation se trouve à l'étranger, la communication peut s'avérer problématique. A moins de parler la langue, il faudra envisager de vous faire accompagner par un professionnel local. Une des erreurs courantes avant d'acheter une seconde résidence, c'est de ne pas vérifier la connexion au réseau internet et mobile. Le meilleur moyen de savoir si le wifi et le GSM fonctionnent bien, c'est de tester avant d'acheter. Vos proches et vous-même êtes enthousiastes à l'idée de profiter de cette résidence secondaire. Et même si celle-ci a un taux d'occupation à la hauteur de vos espérances, vous ne savez pas de quoi l'avenir sera fait. Les enfants grandissent et auront peut-être un planning chargé d'activités extrascolaires le week-end. Ils n'auront pas forcément le temps de séjourner dans cette résidence. De même, les parents vieillissent et nécessiteront peut-être plus d'accompagnement de votre part. Enfin, il convient de bien faire ses calculs au préalable car l'achat d'une résidence secondaire n'est pas forcément rentable. 200.000 euros immobilisés, cela représente 800 nuitées à 250 euros, soit 266 week-ends de trois jours, une fois par mois pendant 20 ans. Vous pourriez donc profiter d'un bel hôtel avec, en prime, la tranquillité d'esprit. Pour cette raison, ne serait-il pas plus judicieux de louer que d'acheter votre résidence secondaire?