Au béton et à l'acier, Shigeru Ban préfère les matériaux respectueux de l'environnement, tels le papier ou le carton qu'il a souvent mis en oeuvre dans des architectures d'urgence en faveur de réfugiés ou de victimes de catastrophes naturelles. D'où le surnom d'" humarchitecte " qui, depuis, lui colle à la peau. Parallèlement, il multiplie les constructions d'envergure, tels ...

Au béton et à l'acier, Shigeru Ban préfère les matériaux respectueux de l'environnement, tels le papier ou le carton qu'il a souvent mis en oeuvre dans des architectures d'urgence en faveur de réfugiés ou de victimes de catastrophes naturelles. D'où le surnom d'" humarchitecte " qui, depuis, lui colle à la peau. Parallèlement, il multiplie les constructions d'envergure, tels le centre d'art moderne Pompidou à Metz ou la Seine musicale, nouveau temple de la musique édifié à Boulogne-Billancourt sur l'ancien site Renault. Prochainement, il construira à Anvers le plus haut immeuble en bois du pays. Haut de 80 mètres, il sera en réalité hybride dans la mesure où, les pompiers redoutant un incendie toujours possible, il a fallu transiger. La structure portante sera donc en métal et en béton et l'habillage, en bois. Mais les techniques évoluent vite et le bois lamellé-croisé (Cross Laminated Timber - CLT) semble promis à un bel avenir. " Il est écologique, économique et résiste mieux au feu que le métal ", commente Roel Wouters, directeur du projet. Permettant une plus grande préfabrication, le CLT réclame moins de personnel sur chantier, un argument non négligeable par les temps qui courent. Dérivé du lamellé-collé, depuis longtemps utilisé en construction, le lamellé-croisé n'en diffère que par le sens des lamelles. Dans le premier cas, elles sont toujours parallèles. Dans le second, elles sont à chaque couche croisées à 90 degrés, ce qui confère aux panneaux ainsi constitués une plus grande rigidité. Construit par le groupe Van Laere, l'immeuble devrait être achevé fin 2022 et s'inscrit dans le cadre de l'aménagement du site Nieuw Zuid qui comporte une vingtaine d'hectares situés entre le ring et l'Escaut, non loin du nouveau palais de justice. Quelque 2.000 logements, 20.000 m2 de commerces et le double au moins de bureaux devraient y être construits d'ici 2026.