À quoi est dû le ralentissement de la croissance chinoise ?
...

À quoi est dû le ralentissement de la croissance chinoise ?KAREL ELOOT : "La production industrielle s'affaiblit, comme en témoignent notamment les indicateurs de confiance de ce secteur. Ces derniers sont inférieurs à 50 pour la première fois depuis 2016, ce qui indique une contraction des activités. Les producteurs automobiles par exemple ont vu leurs ventes baisser de 3,3% entre mars et novembre 2018. Le secteur immobilier chinois est lui aussi plus calme. La croissance de la superficie vendue est tombée à 2% au cours du troisième trimestre de 2018, contre 6% un an plus tôt. Enfin, l'économie mondiale ralentit également, ce qui pèse sur les exportations chinoises."Ce ralentissement est-il préoccupant ? La Chine croît toujours à un rythme inaccessible pour beaucoup de pays.KE : "Nous ne devons pas trop nous inquiéter. L'économie chinoise continue de croître, des emplois sont créés et les revenus augmentent. Les mesures chinoises visant à accroître la productivité de l'économie revêtent une plus grande importance. Elles favorisent la croissance. Le ralentissement de la croissance est aussi une conséquence logique de la taille de plus en plus grande de l'économie chinoise. Entre 2006 et 2007, l'économie chinoise a progressé de 800 milliards de dollars en chiffres absolus pour atteindre 3,5 billions de dollars, ce qui correspond à un rythme de croissance de 14%. Aujourd'hui, l'économie chinoise est nettement plus importante. En 2018, elle représentait 13,6 billions de dollars. Par rapport à 2017, la croissance s'élevait à 1,46 billion de dollars en chiffres absolus, ce qui dépasse de loin la croissance absolue d'il y a dix ans. Mais en termes relatifs, la croissance n'est que de 6,6%. Cela tient simplement au fait que l'économie est nettement plus importante aujourd'hui."Les autorités chinoises parviennent-elles à réduire l'accumulation de dettes et à refréner le système bancaire parallèle ?KE : "Le taux de croissance des prêts octroyés par les entités issues du système bancaire parallèle a baissé de 10% en 2018. Les décideurs chinois sont également attentifs à l'ampleur de la dette. Mais le rythme de la réduction de l'endettement pourrait bien ralentir avec les mesures visant à stimuler la croissance économique. En 2007, le taux d'endettement chinois - total des dettes publiques et privées - représentait 120% du PIB. Il est aujourd'hui de 250%, soit davantage que le taux d'endettement américain et allemand. La croissance des crédits ouverts est toutefois tombée à 8%, soit moins que la croissance économique après inflation. Les choses évoluent donc dans la bonne direction."En 2001, l'Occident a accueilli la Chine en tant que nouveau membre de l'Organisation mondiale du commerce. Aujourd'hui, une guerre commerciale fait rage entre les États-Unis et la Chine. Quelle différence !KE : "Les relations économiques entre la Chine et l'Occident ont beaucoup évolué au cours de cette période. La Chine est devenue de plus en plus importante pour l'économie occidentale, en tant que débouché pour nos biens et services d'une part et fournisseur de capitaux et d'investissements d'autre part. Le chiffre d'affaires des entreprises étrangères en Chine a par exemple été multiplié par 12 entre 2000 et 2017. Inversement, l'économie chinoise dépend moins de l'Occident. Cela est dû au fait que la Chine réoriente son économie vers la consommation intérieure comme moteur de croissance, plutôt que vers l'exportation. Au premier semestre 2018, la consommation intérieure représentait 80% de la croissance chinoise. Un chiffre qui en dit long."Comment voyez-vous évoluer les relations entre la Chine et l'Occident ?KE : "Les économies chinoise et américaine sont suffisamment saines pour supporter les conséquences de la guerre commerciale à court terme. Mais si les relations entre la Chine et les USA se détériorent, cette situation sera préoccupante pour les deux économies et, par extension, pour toute l'économie occidentale. Il est temps que la Chine et l'Occident resserrent leurs liens. Les règles du jeu de l'économie mondiale ne seront sans doute plus ce qu'elles étaient, mais la collaboration internationale reste cruciale pour la croissance de notre prospérité."Traduction : virginie·dupont·sprl